Random Identities : Les identités aléatoires de Stefano Pilati

Publié le 12 novembre 2018 par Elisabeth Clauss
Random Identities : Les identités aléatoires de Stefano Pilati

Le designer italien, ex directeur de la création chez Yves Saint Laurent (période post-Tom Ford), puis directeur artistique de Zegna, vient de lancer une collection no-gender hors des circuits de communication et de distribution convenus. Un supplément d'âme, via Instagram.

L'évolution de la mode vers une réhumanisation, avec la conscience de sa fugacité et du glissement de la société vers une harmonisation (fusion) des genres, passe aussi et surtout par les réseaux sociaux.

 

 

Depuis un an, Stefano Pilati décroche du système institutionnel avec sa collection Random Identities, diffusée exclusivement sur Instagram.

« Random » représente le caractère aléatoire de l'existence. Les « identités » sont une réponse à ce caractère hasard. Les deux termes mariés ensemble définissent l’espace où l’on peut identifier avec confiance les nouveaux codes indiquant le basculement des genres.

1/

Après 30 années de gloire dans les circuits habituels de la mode,

Stefano s'est retrouvé « chômeur » et anonyme à Berlin. Mais il n'a pas chaumé : un passage à (quasi) vide, c'est aussi une opportunité de se recentrer sur l'essentiel. En l'occurrence, l'indispensable révolution vers un style « seasonsless et asexués », appliqué à lui-même en premier lieu – jupe sobre ou pantalon mixte – puis shooté sur sa tribu, à l'arrache presque.

 

 

Désormais, il œuvre pour son propre compte, celui qui a le plus de sens. Déjà chez Yves Saint Laurent, il contribuait à faire évoluer la silhouette masculine, avec tailles hautes, habituellement l'apanage des femmes, pantalons ajustés, et vestes longues.

 

2/

Pilati est aujourd'hui seul maître à bord d'une collection qui est une exploration,

ce mélange des sexes si (ré)jouissants, si on considère que jusqu'à présent, la mode dite « mixte », c'était les femmes habilitées à porter des smokings. Avec une médiatisation orchestrée exclusivement sur les réseaux sociaux, le créateur bypasse les circuits attendus, et de Berlin où la liberté est plus trans(versale / genre / scendante), avec une longueur d'avance, il nous attend au bout d'un chemin vers lequel on s'achemine tous aléatoirement, mais certainement.

 

 

La première capsule Random Identities est disponible sur www.ssense.com et aux Dover Street Market de Londres, Los Angeles, New York et Ginza.