Chanel et les filles du bord de mer

Publié le 8 octobre 2018 par Elisabeth Clauss
Chanel et les filles du bord de mer

Lors de chaque fashion week, la Maison Chanel crée l'événement avec ses décors hollywoodiens, ses collections attendues pour leur concentration de futurs must-haves siglés, et son savoir-faire unique dans l'utilisation des métiers d'art. En octobre à Paris, Villa Eugénie, la société belge qui conçoit les scénographies les plus spectaculaires de la mode a recréé sous la coupole de verre du Grand Palais une vraie plage, avec vagues et dunes de sable fin. Un air de vacances, au son du ressac, pour présenter de nouveaux sacs.

 

 

Enigmatiques, les instructions envoyées aux spectateurs laissaient présager une nouvelle mise en scène hors du commun : "venez en talons plats". A un défilé de mode, lors de l'événement le plus recherché des clientes et des influenceuses. De l'audace, et de l'humour. Pour la presse, ça allait : pour courir d'un show à l'autre, on a depuis longtemps abonné les escarpins de 12.

 

 

Après la forêt enchantée, les Gorges du Verdon, la base de lancement spatiale

ou le supermarché avec tous ses produits second degré, Chanel nous a conviés sur une plage (pas du tout) abandonnée, pour présenter une collection balnéaire fraîche et moderne, mêlant tweet et jean, maillots de bain et chapeaux de paille. Sous les pavés, le luxe.

1/

 

 

Sur cette île aux tons azur, jaune ensoleillé, sable doré, beige tan, rose, bleu, menthe glaciale et blanc nacré

mâtinés de bleu marine et le noir, la collection a déployé ses vagues de mousseline, de plumetis multicolores saupoudrés sur du tweed, de broderies de sable et de coquillages. Une élégance sophistiquée, servie par du crêpe, de la dentelle, du sergé de coton, du denim, du cuir et de la popeline.

2/

 

 

L'été prochain

les tailleurs seront dessinés avec des épaules larges et des manches évasées, aux jupes fendues sur le côté. Les pantalons seront oversized, dézippés. Les genres seront mixés, avec une veste d’homme sur un cycliste à bustier.

 

 

Il y a du décalage dans cette collection

avec des robes débardeur en tweed blanc rayé ou brodé de parasols pailletés, et du tweed sable piqueté de sequins. D’autres robes seront nouées sur le buste comme des paréos, ou retenues par des bretelles colliers de coquillages. Des tuniques oversized à large encolure se porteront ouvertes dans le dos.

Avec humour

Karl Lagerfeld a détourné les robes cabines de plage, devenues des « robes cabanes », elles s’habillent de tweed rose à plumetis multicolore et de volants de dentelle. Le soir, elles reviennent parées d’origamis de rubans de mousseline.

 

3/

 

Sur les accessoires et certains modèles de robes

Cha-nel est scindé en deux. On peut déjà prédire le buzz des maillots bicolores, des ceintures clinquantes façon Ibiza (alors que la plage faisait plutôt dunes normandes), des casquettes à double visière, de grands chapeaux de paille frangée, et des manchettes XXL. Chaussées, bien entendues, de mules à petits talons en plexiglas ou posées sur une semelle en liège.

 

4/

 

Les sacs 11.12 sont ornés de broderies parasols, et les sacs à rabats sont interprétés en éponge. Des filets multicolores, des sacs à appareils photos en cuir et osier, et cerise sur le château de sable, des minaudières-coquillages. On a aimé regarder les filles qui passaient sur la plage, et cet été, on sera tentées de leur piquer un ou deux accessoires.

 

Toutes les images du défilés :

 

 

Photos par Olivier Saillant et Lucile Perron