Top 10 des pop queens à ne pas rater en festivals cet été

Publié le 3 juillet 2018 par Grégory Escouflaire

Elles incarnent à elles dix le renouveau d'une pop music qui s'amuse des clichés et refuse qu'on l'étiquette. Néo-soul, hip hop, pop, chanson,... Peu importe : elles cartonnent toutes et comptent bien se faire entendre. À commencer par chez nous, cet été, sur les scènes de nos chers festivals.

Jorja Smith

Jorja Smith est née en 1997 à Walsall, Angleterre. Elle écrit ses premières chansons à l’âge de 11 ans, guidée par un père musicien et sa fascination pour l’écorchée Amy Winehouse. En 2016, elle balance « Blue Lights » sur Soundcloud, son premier single qui dénonce, sous le vernis d’une soul capiteuse, les abus policiers envers la communauté noire. Drake tombe sous le charme et l’invite sur « More Life » : le web chavire à l’écoute de ce timbre velouté, sa carrière est lancée. Jorja on my mind ? Le monde est à ses pieds.

Un disque : « Lost & Found » (V2)

Le samedi 7 juillet à Rock Werchter 

1/

La video ELLE du jour :
3 RECETTES ULTRA SIMPLES POUR LES FÊTES

Kali Uchis 

Son premier album s’intitule « Isolation », mais cette Américaine d’origine colombienne n’est pourtant pas du genre à se la jouer perso. Tyler the Creator, Damon Albarn (Gorillaz/Blur), Bootsy Collins, Thundercat, les Dap-Kings, Kevin Parker (Tame Impala) et Jorja Smith (ah tiens) apparaissent tous au gré des prods et des feats, dans un feu d’artifice d’influences qui ne cessent d’enivrer. Du doo-wop (that thing) à la dream pop, du hip hop au disco latino, Kali Uchis a bourré son disque de tubes de l’été. Du grand art à 360°.

Un disque : « Isolation » (Universal)

Le jeudi 5 juillet à Rock Werchter

2/

IAMDDB 

En seulement trois EP’s balancés sur le net, IAMDDB (pour « I Am Diana De Brito », son vrai nom) s’impose comme l’une des figures les plus prometteuses de la scène garage/« urban jazz » made in England. Un flow « nappeux » entre Erykah Badu et Little Simz, une dégaine mi-afro mi-gangsta et des beats ultra-ciselés qui collent bien au cortex : l’ensorcellement est immédiat, le kif ultime, l’amour aveugle. Le futur du r’n’b ? « Purple rain in my blood », bitch !

Trois EP's : « Waeveybby, Volume 1 », « Vibe, Volume 2 » et « Hoodrich, Volume 3 » (sur le net)

Le vendredi 6 juillet à Rock Werchter

3/

070 SHAKE

Son premier EP s'intitule "Glitter", mais "Gutter" aurait mieux fait l'affaire, tant cette jeune rappeuse du New Jersey (d'où le "070", le code postal du coin) préfère nous conter la rudesse de son hood, ses déboires queer, ses addictions, plutôt que des histoires de satanées paillettes. Il n'empêche que le biz elle connaît, puisqu'elle vient de signer sur GOOD Music, le label de Kanye. On la retrouve d'ailleurs sur deux tracks de "ye". Et sur le Pusha T. Et sur le Nas (tous deux produits par Mr Kardashian). Joli CV tout ça.

Un EP : "Glitter" (sur le net)

Le vendredi 13 juillet à Dour

4/

Charlotte Adigéry

On l'avait découverte sur la B.O. du film "Belgica" de Felix Van Groeningen, produite de A à Z par les frères Dewaele (Soulwax). Sur ce track qui sonnait comme du Massive Attack (période "Mezzanine"), elle y chantait façon Kim Wilde (ce timbre), le velours black en plus. Depuis lors la Gantoise a signé sur DeeWee, le label des deux frères, chez qui elle a sorti un EP de disco-soul futuriste. Entendue également chez les rappeurs flamands de Stikstof ou chez Baloji (sans oublier son autre projet WWWater), Charlotte a la bougeotte. Et un sacré talent.

Deux EP's : "Charlotte Adigéry" (DeeeWee) et "La Falaise" (sous son blaze WWWater)

En concert le mercredi 11 juillet à Dour

5/

Charlotte de Witte

Restons dans les Charlotte (coucou à celle-là aussi, tiens, aux Francos le 19 juillet). De Witte. Profession : DJ. Sans aucun doute l'une des meilleures de notre plat pays (avec Amelie Lens). Sa tech minimale (l'axe Gand-Berlin-Detroit) bien loin des drops bling bling lui vaut d'être bookée dans les meilleurs clubs et festivals du monde, et de mixer aussi bien pour la BBC que pour la Boiler Room (deux références ultimes).

Son dernier EP : "The Healer" (NovaMute)

En dj set les vendredis 20 et 27 juillet à Tomorrowland et le mercredi 15 août au Pukkelpop 

6/

Mélissa Laveaux

C’est en créole qu’elle chante la résistance, celle d’Haïti, le pays de ses aïeuls occupé par les States il y a plus de cent ans. De ce passé réinventé elle nous offre l’usufruit, douze tracks calypso pop pour garder la pêche face aux intempéries. Qu’elle évoque le vaudou ou l’afroféminisme, Melissa ne métisse pas : elle endosse tout avec force et fierté... Telle la "Siwèl" de son disque (une petite prune typique de l'île), on croque sa musique avec délice. Mais goûtez-moi ce jus !

Un disque : « Radio Siwèl » (No Format)

En concert le dimanche 5 août à Esperanzah! 

7/

JUNIORE

"J'y peux rien c'est physique / C'est un choc électrique". C'est un peu ce qu'on ressent à l'écoute d'"Ouh là là", le premier disque de Juniore. Un trio féminin post-yéyé emmené par Anna Jean (la fille de J.M.G. Le Clézio), et qui ravive la flamme d'un certain son sixties, entre pop et psyché, La Femme et les premiers Françoise Hardy. "Rétro moderne" ou un truc dans le genre, en tout cas on adore.

Un disque : "Ouh là là " (A+LSO)

En concert le jeudi 16 août au BSF

8/

SOPHIE

Imaginez un mix gonflé à l'hélium entre "Call Me Maybe" de Carly Rae Jepsen et "Windowlicker" d'Aphex Twin, et vous serez encore loin d'avoir cerné SOPHIE, un gars une fille, on ne sait pas très bien. Découvert en 2013 avec le double single "Bipp"/"Elle", cet(te) Écossais(e) produit une sorte d'électro-pop gothique absolument unique. Baroque. Maniaque. Élastique. Madonna et Charli XCX sont fans. Et franchement on les comprend. Ou pas. Tellement c'est fou.

Un disque : "Oil of Every Pearl's Un-Insides" (Transgressive)

En concert au Pukkelpop le vendredi 17 août

9/

CLARA LUCIANI

"Sainte-Victoire", son premier album sorti ce printemps, fait suite à un chagrin d'amour. Clara Luciani, qu'on a découvert chez La Femme (encore eux), Biolay, Nekfeu ou encore Raphael (qui kiffent tous son grain grave), y chante heureusement qu'"On ne meurt pas d'amour". Voilà qui nous rassure. Révélée par le titre "La Grenade", un tube féministe qui ne dit pas son nom, Clara est la nouvelle chanteuse française à suivre. Tout va bien pour elle.

Un disque : "Sainte-Victoire" (Initial)

En concert le jeudi 19 juillet aux Francos, le mardi 14 août au BSF et le samedi 25 août aux Solidarités