L’agenda du week-end (où l’on discute strip-tease, zombie life et underground ferroviaire)

Mis à jour le 23 mars 2018 par Grégory Escouflaire
L’agenda du week-end (où l’on discute strip-tease, zombie life et underground ferroviaire)

Nos bons plans sorties du week-end c'est par ici ! Au programme : des tonnes de bouquins pour voyager léger de son canapé, du hip hop gentiment gangsta, de l'électro pour tous, une juge pas comme les autres et un finissage de 36h. Prévoyez des vitamines ! 

1/

L'agenda du week-end (où l'on discute strip-tease, zombie life et underground ferroviaire) - 1
Source : Foire du Livre

1. La Foire du Livre (Tour & Taxis, Bruxelles)

"Sur la route", c'est le thème principal choisi cette année par la Foire du Livre de Bruxelles : un hommage au chef-d'oeuvre de Jack Kerouac paru en 1957, et l'occasion de mettre en évidence les écrivains voyageurs et tous les aventuriers de la littérature - de (feu) Nicolas Bouvier (l'auteur culte de "L'Usage du monde") au fondateur du Routard, Philippe Gloaguen. Mais la route c'est également celle des migrants, dont la désolante destinée sera évoquée à travers plusieurs débats et rencontres - sans oublier la présence exceptionnelle de la journaliste et romancière turque Asli Erdoğan, présidente d'honneur. Assignée à résidence puis forcée à l'exil suite à ses prises de position contre le président turc (aucun lien de parenté) et son soutien à la minorité kurde, l'écrivain vient témoigner de son parcours de résistante - elle qui s'est toujours battue pour le respect des droits de l'Homme et des femmes en Turquie. Mais la Foire du Livre c'est aussi des dizaines d'autres débats et de rencontres avec les auteurs qui comptent en 2018, d'Éric Vuillard (prix Goncourt 2017) à David Van Reybrouck (l'auteur de "Congo") en passant par Katherine Pancol et Grégoire Delacourt. Cerise sur le gâteau : Amélie Nothomb, pour une fois, parlera de son oeuvre au lieu de la dédicacer. Ça créera moins d'embouteillages dans les allées.

Où ? Tour & Taxis, Avenue du Port 86c, 1000 Bruxelles

Quand ? Jusqu'au dimanche 25 février

Plus d'infos ? Foire du Livre

2/
 

L'agenda du week-end (où l'on discute strip-tease, zombie life et underground ferroviaire) - 3
Crédit Photo : Ludovic Stelmaszewski

2. Hamza (Ancienne Belgique, Bruxelles)

Pull up à l'AB alléluia ! Notre petite frappe préférée du rap jeu déboule à l'Ancienne Belgique pour un concert qui s'annonce bouillant et groove à mort - à l'image de sa dernière mixtape sortie l'année dernière, l'addictif "1994". Pour rappel Hamza (né en 1994, donc) est l'un des nouveaux fers de lance du hip hop made in B., à l'instar d'un Romeo ou d'un Damso. Sauf que le mec fait un peu cavalier seul : il est dans un autre trip que ses potos auxquels on l'associe souvent - un peu à tort, c'est vrai. Son hip hop lorgne davantage du côté de Miami que de "Bruxelles arrive" - l'ambiance est calypso, pas trap. Mais derrière ses airs de caillera qui se la pète, Hamza est un garçon sensible. Un peu chelou, okay, mais pas vraiment méchant.

Où ? Ancienne Belgique, Boulevard Anspach 110, 1000 Bruxelles (et au Bloody Louis en after !)

Quand ? Samedi 24 février dès 19h

Plus d'infos ? Ancienne Belgique

3/

L'agenda du week-end (où l'on discute strip-tease, zombie life et underground ferroviaire) - 5
Source : Beursschouwburg

3. Leftorium - 7th Birthday Party (Beursschouwburg, Bruxelles)

Sept ans déjà que la Leftorium rythme les nuits de la capitale à raison d'une soirée tous les trimestres, dans une ambiance "mixte" qui échappe aux poncifs du clubbing. Ici le public est fait de jeunes, de vieux, de technophiles et de punks gazeux. On y danse sur de la minimale, de la tech house pas bégueule, de l'électro qui puise ses racines dans le post-punk, l'afro et la new wave. L'éclectisme est de rigueur, l'élégance une sorte de sacerdoce. Et comme d'habitude c'est Mugwump et Prince Off, les deux fondateurs, qui sont à la barre pour chauffer le dancefloor. Avant de passer le relais au Français The Hacker, kador du beat dark et ex-gloire de l'electroklash (avec Miss Kittin). Dance or die !

Où ? Beursschouwburg, Rue Auguste Orts 20-28, 1000 Bruxelles

Quand ? Samedi 24 février de 23h à 5h

Plus d'infos ? Leftorium

4/

L'agenda du week-end (où l'on discute strip-tease, zombie life et underground ferroviaire) - 7
Source : Recyclart

4. CHPL 36 BRSXL (Recyclart, Bruxelles)

Ça y est. Après 17 années d'activités au service de l'underground culturel, le Recyclart doit dégager de la Gare de la Chapelle. Raisons invoquées par Infrabel (propriétaire des lieux) : des normes de sécurité jugées insuffisantes. Mais avant de plier bagage ce 28 février (date butoir), le Recyclart compte bien faire vibrer une dernière fois les murs et les oreilles de la station... Pendant 36 heures. En gros de dimanche 1h du matin (après la soirée hip hop Non Stop) à lundi 13h. Au programme de l'électro, du break, du rock, de l'ambient, du tropical, du rap et on en passe. Mais ne pleurons pas des larmes de sang : de nouvelles pistes de relogement sont déjà explorées (à Molenbeek notamment, juste à côté de la Raffinerie) - en espérant qu'elles aboutissent. Une chose est sûre : avec le Magasin 4 qui lui aussi doit mettre les voiles dans les prochains mois, l'avenir de l'alternatif bruxellois en dépend.

Où ? Recyclart, Rue des Ursulines 25, 1000 Bruxelles

Quand ? Du dimanche 25 au lundi 26 février, pendant 36h non stop !

Plus d'infos ? Recyclart

5/

L'agenda du week-end (où l'on discute strip-tease, zombie life et underground ferroviaire) - 9
Source : Cinéart

5. "Ni juge, ni soumise" (au cinéma)

« Ce n’est pas du cinéma : c’est pire », blague Jean Libon à propos de « Ni juge, ni soumise », le premier long métrage estampillé « Strip-Tease » qu’il a réalisé avec Yves Hinant. On y suit la juge d’instruction Anne Gruwez dans son travail au quotidien, entre scènes de dépositions et de crime où l’humour, souvent, sert de cruelle soupape. Portrait d’une femme de pouvoir mi-Miss Marple mi-Sainte Rita, « Ni juge, ni soumise » est à la fois une fable, un thriller, un film d’action et d’horreur. Mais surtout un film où la réalité, comme d’habitude avec Libon (& co.), dépasse la fiction. « Rien de ce qui est humain ne peut me dégoûter, disait le Seigneur » : ici c’est la juge qui le dit, mais ce n’est que son avis. Vous en rirez ou pas, jaune ou pas, mais une chose est certaine : cette justice-là mon vieux, elle est terrible.

Où ? Dans les salles obscures

 

Photo(s) Une : "This is the End" de Seth Rogen et Evan Goldberg