Qui sont les « new faces » belges ?

Mis à jour le 12 février 2018 par Marie Guérin
Qui sont les « new faces » belges ?

Ils sont tout nouveaux tout beaux et ils font leur grand début sur les catwalks. Cinq jeunes mannequins nous parlent de leur avenir et de leurs rêves. Entre imagination et ambition, un vent de nouveauté souffle devant l’objectif du ELLE.

new faces belges
Pull tricoté à manches courtes, I Love Mr Mittens. Chemisier à manches XXL, tuinch. Jeans flare, Lee.

Anin 16 ans, Anvers @Jill Models

/ Comment as-tu été repérée ?

J’ai été scoutée dans la rue (comprenez ‘repérée’ dans le jargon mode, NDLR). J’ai ensuite participé à des campagnes pour des marques belges comme Louis Antwerp.

/ Quel est ton projet ?

Je compte mener de front mes études et mon activité de mannequin, je choisirai une fois mon diplôme en main. J’aimerais apprendre les langues latines !

/ Des passions ?

Je fais de la danse six heures par semaine à l’école de ballet Olivia Burvenich à Anvers. Dans deux ans, j’aurai un diplôme et je pourrai enseigner.

/ Quel est ton rêve ?

Je suis fan de Gigi et Bella Hadid. J’ai l’impression qu’elles sont fidèles à elles-mêmes. Comme elles, je rêve de défiler et de faire la couverture des magazines ! »

1/

new faces belges
Pull en laine, american vintage. Salopette flare, Lee. Baskets, Veja.

Marie, 21 ans, Deftinge @Flag Models

/ Comment es-tu devenue mannequin ?

J’avais déjà 20 ans quand j’ai été découverte par une agence de Cologne. Une agence milanaise m’a ensuite repérée sur Facebook et j’ai eu la chance de travailler à Milan pendant plusieurs mois comme mannequin. Ma priorité aujourd’hui c’est de terminer mes études en management de la communication. Entre-temps, je travaille toujours pour Flag Models. Je suis très reconnaissante d’avoir pu déjà réaliser certains rêves. J’espère avoir la chance de poursuivre ce genre d’expérience.

/ Quel est ton plus beau souvenir de mannequin
jusqu’à présent ?

Le shooting pour la campagne hiver de Diesel. J’étais avec une autre fille et deux garçons. On ne nous a pas demandé de poser, mais de nous amuser devant l’objectif et de faire comme si nous étions à une grosse fête. Le décor était dingue. Il y avait un gigantesque bain de mousse et une tour de champagne. On avait mis de la musique et tout le monde dansait. J’en garde un merveilleux souvenir.

/ T’intéresses-tu à la mode ?

La mode, c’est ma seconde nature. Je suis fascinée par la façon dont un style de vêtement peut embrasser et libérer totalement une personnalité. J’adore la simplicité et la féminité, mais je cherche toujours un petit truc en plus.

/ Un rêve d’avenir ?

Après ma carrière de mannequin, j’aimerais combiner ma passion pour l’écriture avec un job dans la mode. J’espère travailler un jour comme fashion director pour un magazine de mode.

/ Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le mannequinat ?

Le côté imprévisible. On ne sait jamais où on va tomber ni qui on va rencontrer. J’aime l’adrénaline avant et pendant une mission. Et je regarde toujours le résultat final pour voir où je peux m’améliorer. On fait partie d’une œuvre d’art en quelque sorte et ça donne un énorme coup de boost. Le plus dur, c’est le rejet et la pression du monde extérieur auxquels on est souvent confronté. Il faut vraiment être bien dans sa peau pour y faire face, mais c’est quelque chose qui s’apprend.

/ Quels conseils donnerais-tu aux mannequins débutants ?

Gardez votre intégrité, votre passion, votre flamme dans tout ce que vous faites. Il est difficile de ne pas se comparer aux autres et de connaître ses propres valeurs. Tout cela peut se terminer du jour au lendemain, alors profitez de toutes les opportunités qui se présentent. Veillez à garder votre personnalité. Il ne s’agit pas seulement de votre apparence, soyez vous-même et vous épaterez les gens autour de vous.

/ Quelle est l’importance
des réseaux sociaux
pour ta ­carrière ?

L’image est primordiale, on ne peut plus se permettre de la négliger puisqu’elle est devenue un outil puissant pour être repéré. Le bon profil et le nombre de followers peuvent booster une carrière. Être une source d’inspiration pour les autres sur les réseaux, ça peut vous donner une longueur d’avance.

/ De quelle marque aimerais-tu devenir l’égérie ?

Dries Van Noten. Ses vêtements sont magnifiques, à la fois sobres et sensuels. Et je rêve de faire la couverture d’un magazine !

2/

new faces belges
T-shirt ‘True Romance’, Weekday. Jeans patchwork, Lee. Baskets, No Name.

Emma, 16 ans, Bruxelles @Dominique Models

/ Comment es-tu devenue mannequin ?

J’ai été repérée dans la rue pendant une après-midi shopping. Je me suis dit : pourquoi pas ? J’adore les shootings. J’en ai déjà fait quelques-uns en Belgique et à Londres.

/ Un rêve d’avenir ?

Je n’envisage pas de faire carrière dans la mode. Je préférerais devenir chirurgien cardiologue. En attendant, je saisis toutes les opportunités qui se présentent.

/ Qu’est-ce qui te plaît le plus
dans le mannequinat ?

J’aime être stylée. J’en apprends tous les jours sur la mode.

/ De quelle marque aimerais-tu devenir l’égérie ?

Pull&Bear, un label streetwear sympa qui correspond parfaitement à mon style.

/ Comment te prépares-tu
à un shooting ?

Je reste naturelle, je ne me maquille pas. Je nettoie mon visage à l’eau froide et je me lave les cheveux.
Un petit brushing et je suis prête !

3/

Qui sont les new faces belges ? - 7
Sweat à capuche, Léo. Veste en jeans, Lee.

Boyd, 17 ans, Bruxelles @Dominique Models

On m’avait déjà dit que j’avais un potentiel de mannequin, mais j’étais assez sceptique au début. Lorsque j’ai été repérée par Vero de Dominique Models à un festival, j’ai réalisé que je ne pouvais pas laisser passer cette chance. Entre-temps, j’ai défilé à Paris et à Milan pour Dries Van Noten, Prada, Dior, Louis Vuitton, Hermès.

/ Qu’est-ce qui est le plus difficile dans le mannequinat ?

C’est un monde sans pitié, la concurrence est rude. Les castings pour les fashion weeks sont particulièrement stressants. Il faut faire la queue pendant des heures pour montrer son book. On n’a que quelques minutes pour faire bonne impression au directeur de casting. Ensuite, il faut attendre pour savoir si on est pris ou non pour un défilé. Les shootings photos pour des pubs ou des magazines sont beaucoup plus relax, on est booké à l’avance et le job est clairement défini.

/ Quel est ton rêve pour l’avenir ?

Le métier de mannequin me plaît et paie bien en plus. Il me permet de mettre de l’argent de côté pour plus tard et de voyager. Depuis l’âge de 14 ans, je rêve de faire le tour du monde en voilier. Après ma carrière de mannequin, j’aimerais suivre une formation en agriculture pour me lancer comme producteur bio. Récolter ses légumes et subvenir à ses besoins doit être gratifiant selon moi. Un monde de différence avec le mannequinat.

/ T’intéresses-tu à la mode ?

Dans la vie de tous les jours, je n’accorde pas trop d’importance à mes vêtements. Je n’aime pas faire du shopping et je n’ai pas vraiment de style. À la maison, je me balade en jean et tee-shirt. Pour un shooting ou un défilé, j’enfile ce qu’on me donne. Que ça me plaise ou non, ça fait partie du job.

4/

Qui sont les new faces belges ? - 9
Pull à capuche, Vans. Mom jeans, Lee.

Caroline, 16 ans, Lokeren @Ulla Models

/ Comment es-tu devenue mannequin ?

Je me suis inscrite sur le site de Ulla Models parce qu’on m’a souvent dit que je devrais être mannequin. À Paris, on m’a demandé de prendre la pose lors d’un shooting et après cette expérience, j’ai décidé de tenter ma chance. L’agence m’a répondu le lendemain de mon inscription et m’a invitée à passer. J’ai participé à un shooting test et j’ai décroché un contrat.

/ Qu’attends-tu de ta carrière de mannequin ?

Je prends chaque jour comme il vient et je suis reconnaissante de chaque opportunité que je reçois. On verra où tout cela me mène. Pour le moment, c’est juste génial.

/ Quel est ton plus beau souvenir de ­mannequin jusqu’à présent ?

Ce shooting car c’était le premier.

/ T’intéresses-tu à la mode ?

Oui, j’adore la mode. Les vêtements sont une manière fun de s’exprimer. Je suis les fashion weeks de près et je couds.
Je réalise aussi des modèles miniatures de mes tenues préférées pour mes Barbie et je les poste sur mon compte Instagram
@mccarbie.

/ Un rêve d’avenir ?

Aucune idée. Cela dépendra des -opportunités et des personnes que je vais croiser.

/ Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le ­mannequinat ?

Les contacts avec plein de gens intéressants. Et tous ces vêtements bien sûr. J’espère que mon métier va me permettre de me rendre dans des lieux que je n’ai jamais visités.

/ Quel conseil donnerais-tu aux mannequins débutants ?

Restez vous-même et profitez de chaque mission.