La fille du vendredi: Marion Schoutteten des Comptoirs d’Orta

Mis à jour le 14 février 2018 par Malvine Sevrin
La fille du vendredi: Marion Schoutteten des Comptoirs d’Orta

Derrière les jolies créations des Comptoirs d'Orta se cache Marion, une jeune femme de 27 ans, portée par l'envie de proposer une nouvelle manière de consommer la mode, plus accessible et transparente. Rencontre. 

Française d'origine, bruxelloise d'adoption, Marion est arrivée en Belgique par amour. Depuis deux ans, elle est la créatrice des Comptoirs d'Orta. À travers son concept-store, elle a fait le pari de proposer une mode made in Europe accessible à tous.

Quel est le concept des Comptoirs d'Orta ?

Nous proposons une collection par mois, imaginée à Bruxelles et conçue au Portugal, à prix accessible au plus grand nombre. Nos créations sont plutôt classiques mais il y a toujours une touche d'originalité dans les détails. Nous sommes très à l'écoute de nos clientes, nous changeons parfois un prototype suite à une discussion, nous organisons des réunions avec elles et aimons partager nos expériences.

comptoirs d'orta
La blouse Horta, l'une des créations issue de la nouvelle collection imaginée par Marion.

D'où vient le nom ?

On voulait une réelle consonance et identité Bruxelloise, on a choisi Orta en référence à un des plus grands architectes que cette planète ait connu, Victor Horta. C’était lui-même un artiste qui a révolutionné son temps avec l’Art Nouveau. Il avait beaucoup d’audace dans ses créations aussi bien mobilières qu’immobilières et sa maison était située rue Américaine, tout proche de notre bureau actuel dans notre quartier de prédilection.

Qu'est-ce qui t'a donné envie de te lancer dans l'aventure ?

Après mes études de communication, j'ai vécu à Londres quelque temps et j'y ai découvert une autre manière de consommer la mode. Une fois de retour, je ne trouvais pas de chouettes boutiques accessibles qui me correspondaient, c'était soit des grandes enseignes ou des marques plus onéreuses.

comptoirs d'orta
Ceci n'est pas une boutique...

Depuis sa création il y a deux ans, les Comptoirs d'Orta vendaient uniquement des pièces que tu chinais un peu partout en Europe. Aujourd'hui tu te lances entièrement dans la création. Pourquoi ?

L'envie de créer a toujours été là depuis le début. On voulait d'abord voir ce qui plaisait à nos clientes, grandir petit à petit et prendre le temps de connaître mieux notre clientèle pour créer. Je voulais aussi trouver les bons partenaires, rencontrer les gens, visiter les usines. Nous avons voulu prendre notre temps afin de pouvoir être fiers de nos produits, de nos tissus et de nos usines.

Tes tissus viennent d'Italie, tu produis au Portugal. C'est important pour toi de travailler avec des partenaires européens ?

J'avais envie de proposer du made in Europe à prix accessible. J'en avais assez de voir des produits Européens à des prix exorbitants. Nous produisons en petite quantité et essayons d'avoir le moins d'intermédiaires possible pour pouvoir proposer le prix le plus juste à la cliente. Le made in Europe était pour moi une évidence, il y a encore un vrai savoir-faire industriel en Europe et une réelle éthique sociale dans les usines avec lesquelles nous travaillons.

Tu viens d'ouvrir le Bureau d'Orta dans le quartier du châtelain. Pourquoi as-tu décidé de passer d'un e-shop à une vraie boutique ?

J'adore l'e-shop mais le contact avec la cliente me manquait. Nous avons trouvé cet endroit dans le quartier du châtelain, un quartier qui nous tient à cœur, et nous l'avons intégralement rénové à notre image. Nous ne l'avons pas imaginé comme un magasin, mais plutôt comme un bureau de créateur. Lorsque les gens viennent, il n'y a pas de séparation entre le showroom et les bureaux où l'on crée. La cliente qui entre dans le bureau peut me voir dessiner. Cela permet aussi une nouvelle manière de consommer, notre but est d'être le plus transparent possible.

comptoirs d'orta
Le Bureau Horta, un lieu de création mais aussi de rencontre.

Comment ça se passe au bureau ?

Je dessine les modèles. Ensuite je travaille avec la modéliste, ainsi qu'avec les usines, pour imaginer la coupe et les détails. Nous sommes aujourd'hui une équipe de 5 personnes et je suis associée avec mon mari Gauthier. C'est super chouette de pouvoir travailler ensemble. Nous avons des caractères relativement opposés, dès que j'ai un doute, c'est lui qui me rassure.

Où trouves-tu l'inspiration ?

Partout ! Elle peut venir de Pinterest, des filles qui viennent bosser au bureau, de mes voyages, d'expos de peinture, des demandes des clientes, des gens que je croise dans la rue... J'ai de la chance, les Belges sont très bien habillées donc c'est assez aisé de trouver des idées !

Tu t'es lancée comme entrepreneuse à 25 ans. Comment as-tu vécu cela ?

J'ai trouvé ça super excitant, mais le plus dur au début était de ne pas être entourée. J'ai eu besoin d'échanger énormément avec d'autres entrepreneurs. D'ailleurs depuis je suis devenue marraine des jeunes entrepreneuses féminines belges. Nous organisons des tables rondes où l'on partage notre expérience. Nous avons toutes des doutes, moi je doute un peu près 1000 fois par minute (rires), donc je pense qu'il est important de parler de son projet lorsque l'on veut se lancer.

As-tu d'autres rêves professionnels ?

Je rêverais de faire une collaboration à terme avec Monoprix ou La Redoute. J'aimerai aussi pouvoir agrandir l'équipe, que la marque continue à grandir et continuer de venir au travail avec le même sourire.

comptoirs d'orta
La nouvelle adresse des Comptoirs d'Orta dans le quartier du Châtelain.

As-tu un conseil à donner à celles et ceux qui aimeraient entreprendre ?

Y croire. Je pense que si on se donne à fond dans quelque chose, même si ça ne fonctionne pas, on en tirera toujours une leçon et ensuite on en ressortira grandi. Si on se pose trop de questions, on n'avance pas. Si on se dit "pourquoi pas ?", tout devient plus accessible. Enfin, il faut bien intégrer qu’un projet est une réelle course d’endurance et pas un sprint. Il faut persévérer pour réussir et ménager son corps et esprit pour aller plus loin.

Le Bureau Orta: 48 rue Washington, 1050 Bruxelles, ouvert du lundi au vendredi de 10 à 18h, lescomptoirsdorta.com