C’est quoi le bio en fait?

Mis à jour le 12 février 2018 par Céline Pécheux
C’est quoi le bio en fait?C'est quoi un légume bio?

On en mange (presque) toutes parce qu'on nous dit que c'est "cool" et meilleur pour notre santé. Mais ça veut dire quoi un produit bio au juste? Réponses express pour ne plus manger bête.

Les produits organiques envahissent les étals des marchés et des grandes surfaces. En Belgique, ce secteur dégage tous les ans plus de 514 millions d’euros de chiffre d’affaires. Mais il y a bio et bio, et dans la jungle des labels, le consommateur a de quoi s’y perdre... Loin de la production de masse, le label bio défend une agriculture durable, responsable et écologique. Coline Hommelen responsable du label belge Certisys nous explique...

Qu’est-ce que le bio ?

« Un produit ou une denrée issu d’un mode de production agricole naturel sans aucun produit chimique de synthèse, comme les pesticides, les herbicides chimiques, les fertilisants artificiels ou les hormones de croissance et OGM. Attention, l’utilisation du terme “  bio ”  est légalement protégée ! Si vous commercialisez des produits dits biologiques, vous devez être reconnu par un organisme de certification agréé. »

Quelles sont les contraintes liées à ce label ?

« Chaque maillon de la chaîne (des producteurs aux points de vente en passant par les distributeurs) est contrôlé au moins une fois par an pour vérifier que le produit respecte bien les exigences bio. C’est ce qu’on appelle la traçabilité. »

La video lifestyle du jour :
HALLOWEEN 5 COCKTAILS TERRIFIANTS À DÉGUSTER SANS TREMBLER

Les pièges dans lesquels il ne faut pas tomber en tant que consommateur ?

« Tous les produits certifiés bio par un label agréé répondent aux mêmes exigences de traçabilité. Principal label pour tout ce qui est alimentation bio : la feuille verte européenne, garante du respect du règlement européen sur l’agriculture biologique. En Belgique, notre label privé Certisys revendique une démarche plus complète et englobe des exigences environnementales (comme la biodiversité), sociales (le droit du travail), économiques (l’autonomie de l’exploitation) ou encore éthiques (le bien-être animal). Par contre, les denrées non-alimentaires bio ne sont pas encore règlementées légalement. Elles suivent des cahiers des charges privés. Il faut donc être très attentif aux logos sur les produits. » (www.certisys.eu)