Show 2017 : Les histoires tissées de l’Académie d’Anvers

Mis à jour le 22 juin 2017 par Elisabeth Clauss
Show 2017 : Les histoires tissées de l’Académie d’Anvers

(Photos : Etienne Tordoir / Catwalk Pictures)

Chaque année à Anvers se déroule le show de fin d'année de la prestigieuse école de stylisme qui a vu naître les premiers prodiges de la mode belge. Cette génération de créatifs subversifs ont « faits des petits », qui défilent tout au long de leur cursus pour nous partager leur culture de l'avant-garde. En avant-première.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 1
Elena Dottelonde

La nouvelle génération, ces étudiants aux mains d'or et aux rêves d'étoffes, ont présenté le fruit de mois de travail assidu, mais aussi le résultat de leurs cultures variées et riches en influences artistiques. Si à La Cambre de Bruxelles, plus de la moitié des étudiants sont Français, à Anvers, la majeure partie de ces jeunes gens viennent du monde entier (les cours sont partiellement dispensés en anglais). Les enseignants – et le jury – sont conscients des réalités culturelles contrastées de ces designers émergents, qui ont évolué dans des contextes sociologiques riches de leurs différences, et qui portent parfois la responsabilité de briller pour leurs familles qui les ont soutenus. Là où se rencontrent la culture, la technique et le futur, l'Académie d'Anvers pousse, soutient et accompagne tous ces jeunes talents. Pour contribuer à développer, chaque année, cette histoire de la mode belge qui continue d'influencer le monde entier.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 3
Karolina Widecka

 

Le show s'est ouvert sur les recherches et les expérimentations vivaces des premières années. Les élèves ont travaillé sur les pièces emblématiques du vestiaire féminin : la jupe, la robe, et ils ont parallèlement laissé libre cours aussi à leur imagination sur une série « expérimentale », ultra-créative, légère pleine de promesses.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 5

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 7

1/

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 9
Karolina Wideckal


Les deuxièmes années
ensuite ont ému l'assistance en revisitant la notion de costume historique – il faut savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va – avant de présenter le fruit de leurs propres expérimentations textiles, pour des collections déjà magnifiquement abouties.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 11

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 13

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 15

2/

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 17
Heegu Yang

Les troisièmes années, à un niveau professionnel admirable, ont décliné l'univers du costume ethnique interprété selon leurs références et origines. Les élèves ont également proposé des collections contemporaines, démontrant que l'école prépare à des carrières solides et tout terrain.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 19

3/

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 21
Robbie van Mierlo

Pour leurs collections de Master, année diplômante, celle qui décide de l'avenir de ces jeunes gens, et leur sert de carte de visite, chacun a pu exprimer son professionnalisme, jouer de l'aboutissement des scénographies, de célébrer son identité forte : ces designers émergents ont traduit en étoffes les potentiels de leurs talents. Et sur le catwalk, ils ont raconté des histoires :

Woojic Jo a développé une collection surréaliste impressionnante sur la fiction d'une boutique de tailleur qui serait tenue par Mister Bean. Une forme de délire décalé, extrêmement maîtrisé, et référencé (comme ce masque en forme de dinde de « Friends », inoubliable, dans les deux cas). Les accessoires, lunettes machines à coudre et chaussures doubles, étaient à la fois inspirants et hilarants. Avec sa narration de dandy maladroit, ce jeune designer qui a déjà oeuvré deux années auprès de Walter Van Beirendonck a développé plusieurs niveaux de lecture, et proposé une forme de langage culturel « mixé-décanté-explosé ».

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 23Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 25 Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 27 Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 29 Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 31

Nastasia Fine a travaillé sur les tissus anciens et contemporains, pour imaginer un univers de poupées rebelles. Elle s'est inspirée de l'artiste japonais Araki, et a développé en assemblages de matières sa sensibilité combinée à des pièces solides. On a aimé sa poésie brodée, façon éloquente d'exprimer doublement ses émotions.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 33

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 35

Raphaële Lenseigne, qui a fondé l'année dernière Adult, sa propre maison de souliers avec Shone Puipia (cliquez pour découvrir leurs collections, c'est édifiant!), a présenté une série fondée sur l'imagerie des désordres de la nature. Le résultat ? Créatif, organique et vibrionnant.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 37

Yuki Hashimoto a tiré les fils de sa collection à partir des codes du camping et des constrastes de la nuit. Dans une nature twistée, la matériel réadapté à la survie urbaine est tombé à pic (de randonnée, évidemment).

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 39

Maximilian Welsch a revendiqué pour sa collection l'art qui réside dans le mélange d'erreurs humaines, de clichés, de critiques et de créativité. Il a mélangé les textures, mixés les saisons, les influences. Le résultat ? C'est ce qu'on obtient quand on veut tout faire à la fois, regard décalé et aigu sur l'industrie de la mode qui ne fait pas de concession au temps.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 41

Lukas Spilka nous a emmené sur Mars. Les jeunes designers font souvent ça. Avec sa collection futuriste mixée avec les codes des anciens uniformes spatiaux, il a crée des pièces sexy qui rappelaient les bédés de science fiction des années 60. Et des robes en épingles à nourrices, parce que ça peut toujours servir. Bien sûr.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 43 Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 45 Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 47

Joanna Chlust a conçu son travail autour du vestiaire masculin/féminin, mais destiné aux hommes, pour une fois. Les vestes de costumes devenaient peignoirs, les tissus aux couleurs d'automne brodés plongeaient, enfin, les garçons dans une sensualité sartoriale.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 49

Rushemy Botter a fait le show sous l'eau, interprétant avec humour les questionnements sociologiques et écologique d'une jeunesse caribéenne qui cherche son chemin pour s'intégrer : il a exagéré les codes urbains pour mieux nous parler des îles, métaphoriques, à n'en pas douter.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 51 Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 53 Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 55

Marta Twarowska vient de Pologne. Elle a évoqué, avec humour, une garde-robe où l'on porterait sur soi toute l'originalité en matière de décoration que le manque de ressource pouvait interdire à la population du temps du communisme. Ah, tous les intérieurs étaient uniformisés ? Marta propose d'habiller sa maison… sur soi. Motifs « tableaux », jupes « rideaux », masques « cristaux » : c'est symbolique, psychanalytique, et fort esthétique.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 57 Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 59 Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 61

Sanan Gasanov a quant à lui déployé sur mannequin ses archives familiales : analysant les belles pièces que ses aïeules collectionnaient, il en a exacerbé la modernité, l'a poussée, l'a mixée. Il a déstructuré la tradition, et expliqué : « J'ai voulu créer une collection honnête, parce que la mode perd un peu de son sens ». (Notez bien, au passage, les bottes qui font manches...)

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 63 Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 65 Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 67

Si vous cherchez vous-mêmes le sens de la création, Anvers semble une excellente option.

Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 69
Le président du jury : Stromae, avec Walter van Beirendonck et sa femme, Coralie Barbier, pour Mosaert.

 Show 2017 : Les histoires tissées de l'Académie d'Anvers - 71