Karl Lagerfeld X Fendi : une histoire d’amour de 50 ans !

Publié le 2 juillet 2015 par Elisabeth Clauss
Karl Lagerfeld X Fendi : une histoire d’amour de 50 ans !attends the launch of the new "Fendi By Karl Lagerfeld" Book during the 68th annual Cannes Film Festival on May 21, 2015 in Cannes, France.

attends the launch of the new "Fendi By Karl Lagerfeld" Book during the 68th annual Cannes Film Festival on May 21, 2015 in Cannes, France.

 

Chacun sait que le Kaiser officie à la direction créative de Chanel, et de sa propre marque. Mais peu savent que depuis un demi-siècle, il collabore également au stylisme chez Fendi.

La maison Fendi est née en 1925 à Rome, Karl Lagerfeld en 1933 à Hambourg.
Au départ, Adele et Edoardo Fendi créaient des fourrures et des sacs.

Dès la fin des années 50, Fendi se diversifie, avec de nouveaux modèles de fourrures et des techniques avant-gardistes de fabrication. C'est une révolution sur le marché, qui sera transcendée par l'arrivée de Karl Lagerfeld dans la Maison en 1965. Il propulse la fourrure de pièce  statutaire bourgeoise à vêtement de mode précieux. Il pousse la recherche de nouveaux matériaux, bouscule les coupes de l'époque. Le cuir est alors coupé, imbriqué et
incrusté. La fourrure se fait légère, souple, confortable. Devant le succès de ses innovations, Karl Lagerfeld dessine le nouveau logo FENDI, un double FF pour "Fun Fur".

En 1972, il invente la cape en vison marron foncé et noir, crée des motifs, injecte de la géométrie et ose des asymétries. En 1977, Fendi et Karl Lagerfeld lancent la première collection de prêt-à-porter de la marque. Réalisée avec l'expérience Haute Couture des ateliers, cette ligne démarre en trombe.

1979 : Karl Lagerfeld imagine une fourrure gonflable, projet ironique «anti-froid et antichoc». L'année suivante apparaissent les fourrures de couleur.

En 1988, Karl Lagerfeld tourne la première campagne publicitaire de Fendi : c'est l'ère de la diversification, et un an plus tard, il impose avec succès les fourrures à technique
de « cuir grainé » réversible, un processus qui implique la combinaison de la fourrure, sans doublure, et du cuir.

L'avènement des années 90 requière une posture plus low-profile, et les fourrures se font moins extravagantes.

Au début des années 2000, la fourrure reprend du poil de la bête, si on peut dire, et Fendi
utilise désormais des matériaux plastiques, pour des manteaux rembourrés comme des
combinaisons d’astronautes, pressés et gonflés.

En 2007, Fendi marque l’histoire de la mode en présentant un défilé sur la Grande Muraille de Chine. Le monument est le symbole le plus vénéré par les Chinois, et selon l'hoax, visible depuis la lune (il paraît que ce n'est pas vrai, mais après tout, on n'y était pas. Peut-être pouvait-on y admirer le show, on ne saura jamais.) Toujours est-il qu'au soleil couchant, 88 mannequins, 44
originaires de Chine et 44 du reste du monde, arpentaient un podium de 80 mètres.

Alchimiste aussi, en 2008, Karl Lagerfeld utilise la fusion moléculaire pour parer la fourrure de molécules d’or 24 carats. Cinq années plus tard, survient la création de la fourrure Metamorphosis, avec tons pastel polychromes, intarsia et rayures.

Pour célébrer les 50 ans de cette collaboration, la collection été 2015 associe vison et pétales d’organza pour un effet «oiseau volant», extrême légèreté et teintes pastel.

En juillet 2015, Fendi participe pour la première fois à la Fashion Week Haute Couture de Paris avec le défilé Haute Fourrure, et marque en jubilant le jubilé de la plus longue collaboration jamais entretenue entre un styliste et une maison du luxe.

Fendi AH15-16
Fendi AH15-16