Bloody Louis, la nouvelle boîte de nuit à Bruxelles

Mis à jour le 13 février 2018 par Marie Guérin
Bloody Louis, la nouvelle boîte de nuit à BruxellesLogo de Bloddy Louis, réalisé par Claire Laffut
Logo de Bloddy Louis, réalisé par Claire Laffut
Logo Bloody Louis, réalisé par Claire Laffut

Ceux qui sont à la recherche d'une nouvelle expérience de la nuit bruxelloise seront servis. Bloody Louis leur ouvrira les portes d'un univers étonnant. Celui d'un jeune homme passionné d'Harley-Davidson, de jeux vidéos et de Tarantino.

Bloody Louis, c'est quoi?

Ou plutôt, c'est qui. "Louise est morte et sa maison a été saccagée, son fils reprend les rênes de l'endroit, à sa façon, avec ses codes" explique Jon Tyler, le directeur artistique. Une jolie histoire qui explique que les concepteurs n'oublient pas le passé de l'endroit (anciennement Louise Gallery) tout en se positionnant volontairement à l'opposé de ce qu'il a été. "Bloody Louis, c'est un mec, son univers est très masculin et assumé. Même au niveau de la musique, notre choix se démarque de ce qui a été fait auparavant. Il s'agira de happy music. Electro, house, elle donnera envie aux gens de passer un bon moment" décrit Julien Rivera, également directeur artistique du projet.

Lorsque l'on descend les marches emblématiques de la galerie Louise, on entre dans un salon de mec. Néons, Chesterfield noirs, flightcases en guise de tables basse, un flipper, un babyfoot (si, si), un espace "game" avec des bornes d'arcade Time Crisis, des simulateurs de courses de voitures. C'est intime et accueillant. On y voit le salon d'un grand frère adulescent. "Si je devais gagner au Lotto, ce serait ma maison" explique Jon. De grands enfants se sont emparés d'un club ! N'est-ce pas la meilleure façon de nous faire rêver ?

Et les filles alors ?

Comme dans les films sanglants de Tarantino, les filles ont également un rôle de premier choix. "Finalement, on joue sur un paradoxe, nous dit Julien "On joue sur les codes de ces films violents, avec le terme "bloody", l'utilisation du cuir, de codes virils mais en même temps, le sang, le rouge, c'est chaleureux, convivial. On a également choisi un néon rose dans l'entrée, pour contribuer à cette atmosphère". Finalement, les filles s'y retrouveront parce qu'au fond, nous aussi on aime jouer au flipper et boire une bière en se trémoussant sur le dancefloor. Et puis, on a toujours adoré trainer dans les chambres de mecs, non ?

Qu'aura-t-il de spécial, ce club?

Les concepteurs ont misé sur pas mal d'atouts pour se différencier de leurs concurrents. Pour garder l'esprit intimiste, on adore l'idée d'une plateforme mobile pour le DJ, qui recule au fur et à mesure de l'arrivée des gens. Jamais à l'étroit et jamais perdus, on profitera d'une piste de danse totalement ajustable.

Autre bon point, les fauteuils. Il existe une zone où tout le monde pourra s'asseoir, pour papoter entre potes ou se reposer après un tour sur la piste. Ensuite, une autre zone salon pour ceux qui désirent acheter des bouteilles.

Au niveau des prix, le whisky/coca est à 8€, le soft à 3,50€ et la bouteille de vodka à 60€. "On a voulu être moins chers que les autres clubs bruxellois afin de rester accessibles" précise Jon. Pour l'entrée, elle est gratuite jusqu'à 00h30 les samedis afin d'encourager les gens à sortir plus tôt. Les vendredis et les samedis après minuit 30, il faut compter 10€. Nous ne sortirons pas ruinés de ces soirées, donc.

Pour la communication visuelle, ils se sont entourés d'artistes bruxellois comme Claire Laffut, qui a réalisé le logo et c'est Jon et Julien qui ont conceptualisé tout l'univers, l'imagerie. Un vrai projet de jeunes bruxellois 100% branchés.

On entendra quoi, on verra qui ?

Pour l'instant, les soirées commenceront dès le 14 septembre, tous les vendredis et samedi. On pourra y entendre les DJs résidents Franco Y Gael, mais aussi Louisahhh produite par Brodinski, Ahmet Sisman et bien d'autres, qui joueront de la happy music, dansante, electro/house. Pour la première, le 14, intitulée "Bloody Louis, a new story begins",on pourra écouter "The Flexican", le DJ hollandais qui a la réputation de "pouvoir faire bouger tout le monde".

À l'entrée, pas de dresscode mais un "mindcode". "On ne veut pas que les gens soient beaux ou riches, on veut qu'ils soient positifs et dans un vrai désir de s'amuser" explique Julien. "Il y aura un physionomiste à l'entrée. Son boulot, c'est uniquement de choisir les gens afin qu'ils correspondent à l'esprit de la soirée. Qu'ils soient habillés en noir ou en fluo, ils doivent respirer l'amusement".

On a hâte de découvrir à quoi cette faune va ressembler et comment elle va s’approprier l’endroit. En tout cas, le 14 septembre, nous on y sera.

BLOODY LOUIS - BANNIERE OUVERTURE

Bloody Louis
Avenue Louise, 32 à 1050 Bruxelles
Les vendredis et samedis à partir de 23h jusqu'à 5h. Entrée gratuite les samedis soirs jusqu'à 00h30.