Comment recycler sa robe de mariée ?

Mis à jour le 12 février 2018 par Elisabeth Clauss
Comment recycler sa robe de mariée ?

11

C’est un investissement. Quelques pistes pour en profiter plus qu’un seul jour…

  • Transformez-la

_ Plus le modèle est simple, plus c’est facile. Longue avec un dos nu, on la raccourcit et elle devient une très belle robe de cocktail.

_ Si la matière est facile à teindre, on peut en faire une tenue du soir. Demandez conseil à un teinturier, plutôt que de vous lancer seule.

_ Ajoutez des découpes, des dentelles, du voile, des manches courtes ou longues, et donnez-lui un usage différent : avec une robe bustier, on peut ouvrir le dos et ajouter des lacets. Vous serez la seule à la reconnaître.

_ Toujours avec une robe bustier, si le jupon est composé de beaucoup de volants, on peut ne conserver que le haut, et ajouter une jupe dans un tissu plus fin et plus fluide pour faire une jolie robe d’été. Une bonne couturière peut entièrement démonter la robe et en tirer un modèle absolument différent.

(Merci à la couturière Bouchra Belhoussine, www.au-fil-et-a-mesure.com)

  • Revendez-la

_ Sur eBay, ou en organisant une « brocante mariage » avec des copines : chemins de table, vêtements (conservez quand même votre jarretière, ça peut toujours servir), vaisselle en trop achetée pour l’occasion. Ajoutez les cadeaux qui étaient tombés à côté de vos souhaits…

_ L’Institut Initiales BB organise à Bruxelles un dépôt-vente de robes de mariées, avec un service retouches et la possibilité de se faire maquiller, épiler, masser, chouchouter.

www.institut-initialesbb.com

_ À Bruxelles encore, chez La Mariée, où Véronique et Bénédicte proposent des robes d’occasion et de fin de série, avec des conseils chaleureux et personnalisés.

www.lamariee.be

_ Tout près de la frontière à Tourcoing, la boutique Occasionn’Elle propose aussi un service de dépôt-vente, avec des critères de sélection très stricts et une visée « mariage durable » finalement très tendance.

www.occasionnelle-mariage.com

  • Brûlez-la, taguez-la, déchirez-la

Bref, faites un « Trash The Dress ». Le concept, venu des States, commence à cartonner chez nous. L’idée : une séance photo complètement décalée et à des lieues des souvenirs lisses de la cérémonie, pendant laquelle la mariée, le marié et tous leurs potes s’ils le souhaitent déchirent, découpent ou bombardent la robe de peinture. En version plus soft, ça peut être tout simplement l’organisation d’un shooting dans une usine désaffectée, dans les couloirs du métro ou dans une fontaine. Tout ça pour quoi ? S’amuser et se faire des souvenirs rigolos.

Pour trouver des idées et des infos pratiques,

surfez sur trashthedresseurope.wordpress.com

  • Tout un symbole

Pour la psychothérapeute Charlotte Ledent, certaines femmes ne peuvent même pas imaginer de jeter leur robe de mariée. Pour d’autres, il est impensable d’imaginer une autre femme la porter.

Pour elles, la robe symbolise le lien, l’engagement, le fait d’avoir été choisie entre toutes les autres. « C’est un peu une la nostalgie de la princesse des contes de fée avec lesquels nombre de petites filles ont grandi. Cette robe reste une robe unique, pour un jour unique, lors duquel la femme se sent unique (et la plus importante). »

charlotte.ledent@hotmail.com