La Cambre 1 an plus tard : Emmanuelle Lebas lance sa collection de chaussures

Mis à jour le 6 juin 2014 par Elisabeth Clauss
La Cambre 1 an plus tard : Emmanuelle Lebas lance sa collection de chaussures

Emmanuelle Lebas4

Diplômée en 2013 de l'école bruxelloise de stylisme, Emmanuelle Lebas nous raconte comment on passe de la théorie des études au lancement d'une marque.

La jeune femme de 25 ans qui avait impressionné avec sa collection de robes architecturales lors du show de l'année passée présentera sa première ligne professionnelle de chaussures lors du show-room du MAD, dans le cadre de MADIFESTO.

Emmanuelle Lebas10

Pourquoi passer du vêtement aux chaussures  au moment de s'élancer dans la vie active ?

La video mode du jour :
10 TENDANCES MODE DES ANNÉES 90 QUE L’ON ADOPTE MAINTENANT

Emmanuelle Lebas : « C'est un domaine qui m'intéresse depuis longtemps. Lors de mes études à La Cambre, j'ai suivi en 4ème année des stages chez Joachim de Calatay, où j'ai appris à fabriquer des souliers à la main, et en 5ème année, j'ai bénéficié d'une formation chez Robert Clergerie, avec un aspect plus technique. En tout, ça a représenté plus d'un an de mes études. »

Emmanuelle Lebas

Les accessoires seraient-ils une voie plus sûre pour démarrer ?

« Il est délicat dans le contexte actuel de se lancer dans le vêtement. C'est serré pour les jeunes diplômés, parce qu'on propose des collections qui se situent entre la haute couture et le prêt-à-porter, avec des prix haute couture. À La Cambre, on nous apprenait la création pure sans contrainte de prix. Maintenant, on doit réfléchir en termes de « produits ». C'est pourquoi pour l'instant, j'ai décidé d'opter pour les accessoires. Le marché est plus ouvert, et il y a plus de demandes. La chaussure, c'est facile à porter quelle que soit sa taille ou sa silhouette. »

Emmanuelle Lebas8Photo : Ludo Hanton

Peut-on encore fabriquer des souliers en Belgique ?

"Oui, je voulais absolument produire ici, parce qu'il est trop facile de partir en Italie ou en Turquie. J'ai cherché une manufacture en Belgique, en tapant des milliers de mots-clés sur Internet. J'ai fini par trouver un atelier protégé près de Charleroi. Avec une dimension sociale, c'était encore mieux. Cet atelier, Metko, a collaboré depuis à la fabrication des chaussures que porte Stromae."

Emmanuelle Lebas9Photo : Ludo Hanton
Sa marque, qu'elle lance sous son propre nom « Emmanuelle Lebas », sera visible à l'Espace Culturel d'ING 6 Place Royale à Bruxelles à partir du 6 juin, puis présentée à Paris en octobre.

Lors du show de la cambre 2013, Opening Ceremony avait sélectionné des pièces de sa collection, pour les vendre sous son enseigne. Un succès commercial. On lui souhaite de transformer l'essai, bien ancrée dans ses souliers.

Emmanuelle Lebas7Emmanuelle Lebas3Emmanuelle Lebas2Photos : Ludo Hanton