Delvaux : peu importe le flocon, pourvu qu’on ait l’ivresse

Publié le 27 novembre 2018 par Elisabeth Clauss
Delvaux : peu importe le flocon, pourvu qu’on ait l’ivresse

Pour les fêtes, Delvaux nous conte sa Winter Rapsody, une collection qui a puisé ses ornements dans la culture onirique slave.

 

Delvaux : peu importe le flocon, pourvu qu'on ait l'ivresse - 1

 

L'accessoire indispensable ? La petite pochette pour transporter monnaie et menus secrets, et qui s'adapte en poétique pochon pour habiller la poignée du sac, à la  façon de poupées gigognes. Pour se projeter en belles Anna Karénine d'avant-garde.

 

Delvaux : peu importe le flocon, pourvu qu'on ait l'ivresse - 3

 

Pour fêter les 60 ans du Brillant,

chef d'oeuvre de design, de savoir-faire et d'équilibre imaginé pour l'Exposition Universelle à Bruxelles, Delvaux innove dans la continuité : la collection Winter Rhapsody décline pour les fêtes le sac emblématique de la Maison, à travers un voyage dans l'imagerie de l'ancienne Russie.

 

Delvaux : peu importe le flocon, pourvu qu'on ait l'ivresse - 5

 

Lors du lancement de la collection à Bruxelles,

pour évoquer le frottement les lames du traîneau dans la neige, un manneken pis avait été sculpté dans la glace (il faisait pipi de la vodka), et un photocall en banquise avait été fabriqué pour l'occasion. On a frissonné, mais de joie seulement.

 

Delvaux : peu importe le flocon, pourvu qu'on ait l'ivresse - 7
Delvaux : peu importe le flocon, pourvu qu'on ait l'ivresse - 9

 

C'est la première fois qu'une maison de haute maroquinerie invente des accessoires imbricables, tiroirs de styles secrets, pour des pièces classiques. Cette pochette à apposer sur la poignée s'adapte à tous les modèles de Brillants, historiques ou présents, pour insuffler une nouvelle énergie aux essentiels.

Delvaux : peu importe le flocon, pourvu qu'on ait l'ivresse - 11

 

Pour les esthètes et les accros à la rêve-olution, toute une gamme de mini-maroquinerie permet de vivre Noël en 3D en personnalisant un total look Winter Rhapsody.

 

Delvaux : peu importe le flocon, pourvu qu'on ait l'ivresse - 13

 

Dômes colorés, pierres précieuses, couronnes de tsars - de stars - et fleurs d'hiver,

les motifs évoquent un hommage au folklore orthodoxe et au romantisme « Docteur Jivaguesque », quoique entièrement brodés et réalisés à la main, à Bruxelles.

La Belgique, berceau du surréalisme, n'a jamais boudé une épopée sentimentale, avec ce second degré qui signe les grandes nations de la création. La saga Winter Rhapsody se pare de cuir aux dorures antiques, rehaussé de paillettes d'or et d'argent. Le Brillant Bolshoï, aux broderies qui rappellent les plus beaux imprimés Paisley, doublé de veau noir velouté, demande plus de cent vingt heures d'ouvrage, accompli par les meilleurs artisans maroquiniers de Belgique.

 

Delvaux : peu importe le flocon, pourvu qu'on ait l'ivresse - 15

Quant au "Ice Wide Shut", entièrement recouvert de sequins d'or, il devient le pendant de la robe couleur de soleil de Peau d'Ane. Chez Delvaux quand on aime, on conte.

 

Delvaux : peu importe le flocon, pourvu qu'on ait l'ivresse - 17

Delvaux : peu importe le flocon, pourvu qu'on ait l'ivresse - 19