Vie de mère: 5 comptes Insta hilarants et déculpabilisants

Publié le 13 juillet 2018 par Laurence Donis
Vie de mère: 5 comptes Insta hilarants et déculpabilisants

Alors que les « Happy Mama » déversent leur bonheur soigneusement mis en scène sur Insta, d’autres disent basta. La vie (la vraie) d’une mère débordée, ça ressemble à quoi ? La réponse en cinq comptes de bad moms très drôles. Jouissif ! 

1/

1. ASSHOLE PARENT 

Old but gold ! Le concept ? Se moquer gentiment des crises d’enfants. Ici, les petites têtes blondes se roulent par terre, gémissent, crient ou pleurent à chaudes larmes. En légende, les parents décrivent leur crime : « Je lui ai ruiné la vie parce que je ne l’ai pas laissé jouer avec la perceuse/ je l’ai emmené à la plage et il a du sable sur les mains/ je lui ai donné une paille jaune avec son bol rose/ je l’ai empêché de boire du savon... » Parfait pour se sentir moins seule et relativiser. Le compte est moins actif aujourd’hui mais il suffit de taper le hashtag #assholeparent pour retrouver une série de posts récents. 

2/

2. MAYA VORDERSTRASSE 

Lassée d’être inondée de photos de mères parfaites, Maya Vorderstrasse a lancé son compte Insta pour déculpabiliser toutes les autres. À l’époque, elle est enceinte de son premier enfant. Aujourd’hui, elle en a deux, nés à onze mois d’intervalle, et elle continue à nous faire marrer avec son quotidien survolté. On aime ses mises en scène fun et son tableau noir. Posé en arrière-plan, il nous livre ses pensées : « 29 semaines : je ne peux plus m’arrêter de manger, mes chaussures ne me vont plus, je ne pourrais pas être plus heureuse » ou encore : « Moi avant mes enfants : “Ma fille ne regardera jamais la télé avant ses 2 ans.” Moi aujourd’hui : ”Hahahah“». Ça vous rappelle quelqu’un ?

3/

3. KOPINES 

Derrière Kopines, on retrouve Céline, une illustratrice française. Maman de trois beaux enfants épuisants, la Frenchy dessine avec humour ses challenges quotidiens : réussir à prendre une douche de plus de dix secondes ou supporter son bébé quand on porte des talons de 12... Vrai petit guide pratique, le compte Insta nous apprend à répondre aux remarques relou pendant la grossesse ou à survivre aux familles nombreuses (spoiler alert : la bouteille de vin n’y est pas pour rien).

4/

4. RACHELLE ROWLINGS 

I picked a fight with the fridge. It took me 3 attempts to open it & when I finally did, I did with such force that it bypassed my arm & hit me straight in the face 🤦🏼‍♀️ I’ve reached sleep deprivation level extreme, where i’ve made a hobby of getting angry with inanimate objects 🥣 I stabbed the kettle with a butter knife after it scolded me & put the fry pan in the naughty corner when it broke the yolk on both my sunny side’s up ☀️ I can’t be blamed though. The fact that I have no control over my offspring means my pent up anger levels at tupperware containers, soap dispensers & remotes are at critical levels & the need to slam them, throw them, snap them is relatively unavoidable 🤷🏼‍♀️ And seeing as I mention pent up anger, let me delve deeper into this sordid abyss. We’re human. As much as Mum’s are expected not to be. We are. We’re expected to remain patient with tonka’s to the toe, parmigiana to the eyeball & pudgy size 7’s to the ribs 🖕🏼 We can’t bat an eye at a tantrum over toast sliced the wrong angle or if they’re not enjoying the shade of blue their shirt is. Or when your toddler karate chops your 4 month in the temple so you banish him to his cot to let him cry it out. Upon your return he has projectile vomited cheese topped beans all over himself, the carpet & his freshly changed sheets saving the largest proportion of predigested food for your new Balenciaga tee. (While your baby decides her stomach contents are the perfect dooner accessory!) What do you do?! A 1950’s parenting book would guide us in the direction of a slight giggle & a ‘such is life’ shrug. Beat it 👊🏼 We don’t get a moment off. Even if they’re down you’re staring at that monitor with such trepidation that you start to twitch. Waiting for that assholey light to flicker. And yes we want to be reminded daily of how amazing we are! Because we’re scared everyone forgets. Etch it into some stone. Write it in the sky. Hand us our OBE’s. We live for praise & sympathy like addicts because it’s a lonely, scary bloody job. One we would never change. But we still reserve the right to bitch, moan, remind you daily of our sacrifice & well, wine 🍷 Bring home wine! Top: @saroka___official

Une publication partagée par JR ✖️ RR ✖️ RR ✖️ RR (@rachelle.rowlings) le

À première vue, Rachelle Rowlings vous fera grincer des dents, surtout si vous êtes une jeune maman. Sourire Colgate en permanence, tenues stylées et bébés immaculés à bout de bras... Elle a tout de la Happy Mama crispante qui donne l’impression aux femmes que la maternité est un jeu d’enfant. Et que si tu n’es pas canon deux semaines après ton accouchement, c’est que tu le veux vraiment. Attendez de lire ses légendes. Tout y passe : l’inconfort de la grossesse, le baby-blues, le manque de sommeil, la douleur de l’allaitement... Elle l’avoue sans tabou : avoir un nouveau-né n’est pas « le moment le plus heureux de sa vie ». À lire quand les influenceurs des réseaux nous semblent un peu trop beaux.

5/

5 AVERAGE PARENT PROBLEMS 

Une collection de petites ou grandes bêtises d’enfants qui nous font forcément sourire... Parce qu’elles n’ont pas lieu dans notre salon ! Ici, les charmants bambins plongent dans des pots de peinture, refont la déco de la cuisine ou taguent le canap’ façon Denis Meyers à l’encre indélébile (chez une copine, c’est plus drôle). Morale de l’histoire ? Il y a toujours pire que le vôtre !