Le nouveau sac de plage Delvaux, D to D, day to day

Mis à jour le 30 mai 2018 par Elisabeth Clauss
Le nouveau sac de plage Delvaux, D to D, day to day

C'est un cabas, baptisé "D to D", un sac pratique, vaste et sophistiqué, pour accompagner tous nos Désirs de l'été.

Ses lignes sont épurées, ses ornements minimalistes, son effet effet grandiose. On l'empoigne par ses "D" emblématiques de la Maison Delvaux, des poignées en fibre de carbone gainées de cuir, aussi résistantes que notre Désir de Débrancher pendant les beaux jours. Il se porte à l'épaule aussi, grâce à ses longues anses en cuir grainé. On le balade au creux du coude, contre le coeur, chargé de nos plus intimes secrets et de babioles qui ne résisteront peut-être pas à la rentrée, mais qu'importe : l'important est de pouvoir l'investir de tous nos souvenirs.

Le D to D est conçu dans une toile maison exclusive, imperméable, issue d’un travail artisanal soigné de plusieurs semaines, depuis la teinte des fils jusqu’à l’enduction intérieure, jusqu'au tissage. Classique ou solaire, deux combinaisons de couleurs rehaussent ce cabas parfaitement intemporel :  solaire en jaune Safran à rayures bayadère ; cocktail - de plage - en noir.

 

Le nouveau sac de plage Delvaux, D to D, day to day - 1

 

Le cabas, dont on fait haut cas, existe en format MM (1900€) et XL (2400€). Souple et facile à vivre, il se plie à toutes les envies, et dans toutes les valises, compacté et rangé dans sa housse sérigraphie. Il est belge par son intelligente discrétion, et Made In France par sa facture. Il marque l'imagination, attire le regard, fait de notre détente un luxe charmant.

Anna Cleveland, la flamboyante et théâtrale mannequin chérie des créateurs les plus exubérants, incarne dans un film la femme Delvaux, une beauté flamande comme sortie d’un tableau de Vermeer. En goguette sur une plage belge par un temps glacial, son excentricité chic, son allure lunaire et
royale, détonnent dans le paysage gris qui l’entoure. Indispensable compagnon de ses espiègleries, son cabas D to D l’accompagne dans son aventure, forcément surréaliste.