Santa Claus is a bitch !

Mis à jour le 16 février 2018 par LDP Magazine
Santa Claus is a bitch !

perno2

Si comme les LDP, tu redoutes le 24 décembre et tout ce qui l’accompagne, elles te proposent d'appréhender ensemble les moments à venir, sans jamais oublier que tout cela n'arrive que…parce que "la vie est une pute".

Comme il est impossible de nier les fêtes de fin d’année (à moins, peut-être, de s’exiler dans une grotte en Malaisie), nous avons décidé de prendre Noël à bras le sapin et de nous y investir à fond, comme dans un film américain des années 80 (quitte à avoir les boules, autant que ce soit sur le sapin).

Maintenant que TOUT ton environnement est envahi de magie gonflée au cholestérol et aux édulcorants, tu ne peux plus fuir. Nononon. Comme la plupart d'entre nous, tu vas certainement devoir te retrouver en FAMILLE (pour peu qu’il t’en reste ou que vous ne soyez pas tous fâchés).

Cette même famille, pleine de non-dits, de problèmes, où tout le monde se met à chialer ou à gueuler, dès qu’on a bu un coup de trop.

À la façon Fantômes en fête, tu es confronté à des épreuves. Des épreuves de poids dignes d'un bon gros Chapon farcis aux pleurotes.

Tu as probablement déjà dû solutionner le « chez-qui-on-le-fait-à-la-fin-ce-putain-de-réveillon?! ».

Ce, à cause de tes deux connards de parents qui refusent de se voir depuis 95’ et qui t'obligent à penser Noël en années paires-impaires, comme si tu te prenais pas déjà suffisamment la tête avec la garde alternée de tes enfants.

Régler LA question de savoir "si oui ou non on invite tonton Jacques", parce-que-depuis-son-divorce-c’est-compliqué-et-que-si-tata-Suzanne-l'apprend-elle-va-faire-un-scandale-mais-qu'au-fond-ça-a-toujours-été-une-grosse-casse-couilles-et-qu'il-a-franchement-bien-fait-de-la-quitter, mais surtout, parce que c'est ta mère qui en fait une affaire d'état alors que personne en à rien à branler.

Bref, tu as tout le loisir de te rappeler pourquoi, le réveillon une fois par an, c’est laaaargement assez.

A présent, tu vas devoir te préparer psychologiquement à supporter ta belle-mère super-chiante, l’oncle raciste, ta pute de belle-sœur qui refuse de bouger son gros cul pour filer un coup de main quand elle est invitée, tes cousins dont tu confonds systématiquement les prénoms, la grand-mère qu’il va falloir aller chercher ET ramener... Alors qu’elle pourrait franchement s’offrir un taxi au lieu de se ruiner en offrant ses saloperies de Mon chéri (ceux qu’on entasse au fond d’un placard et qu’on doit encore en avoir un millésime 2001, grande année, si jamais ça t’intéresse…), espérer que ton mec va pas encore finir complètement déchiré, pour s'engueuler avec ton père après l'Irish de trop, autour d'un pseudo-débat sur la condition des hamsters frisés en Laponie.

Mais bon.

L’important c’est de se retrouver tous ensemble, dans l'amour, pour se flanquer une bonne crise de "foi". La naissance du Christ, tu te rappelles? 

Mais si, allez... le gamin dont la mère a évité de justesse une bonne vieille lapidation avec ses histoires de bondieuseries, tout ça suite au drink de printemps du charpentier qui avait malheureusement viré au gangbang… sale histoire…

(l'article original est sur LDP Magazine)

1/

couille

 

Tu as déjà acheté ton sapin ?

Celui de 3 mètres à 100 balles qui perd pas ses épines, mais que t’en retrouveras encore au fond de ta bagnole dans 6 mois ?
C'est bien.

Maintenant tu vas pouvoir partir à la recherche de tes foutues décorations, celles que tu t'appliques toujours à si bien ranger chaque année et que tu vas malgré tout mettre des heures à retrouver. Et d'ailleurs la crèche, elle est où cette putain de crèche? Et quand t'auras retourné la moitié du grenier et de la cave pour ne mettre finalement la main que sur cette fichue guirlande qui fonctionne pas, JUSTE parce qu’il y a UNE micro ampoule qu’est cramée, tu seras bon pour filer au Brico Garden.

Sauf qu'au Brico, ça va pas rater, ta femme, ou ton mec, c'est selon, va vouloir venir avec toi. Et c'est reparti pour un feu d'artifice du sapin. Pendant 3 semaines, tu vas pouvoir les admirer les belles bleues et les belles rouges qui scintillent dans ton salon. Et tous les trucs débiles que tu vas encore pouvoir ajouter. Le pingouin qui fait du ski, le renne dans sa boule à neige, le hibou qui terrorise les enfants, etc. Et c'est pas tout, parce qu'après le Brico Garden, y aura encore Ikéa et Ava à se taper pour compléter la déco de table.

Parce qu'il faut qu'il ait de la gueule le sapin. Vu qu'à la maison on ne décore QUE le sapin. Pas comme les tarés de voisins qui transforment leur maison chaque année en pub EDF, comme si le parc Eurodisney se mettait en mode stroboscope pour accueillir une rave géante. Épileptiques passez votre chemin.

Et maintenant qu'on a le sapin et sa déco, où on va le mettre ce putain de sapin? Déjà qu'on va se marcher dessus, ici à 10, alors comment qu'on va faire pour pas se ramasser dedans quand on aura forcé sur la dernière prune-pour-la-route? Puis vu que t’as toujours pas investi dans un pied, tu vas passer deux heures à jurer pour le faire tenir droit...Tout ça pour l'envoyer crever définitivement sur le trottoir début janvier.

Parce qu'il y a un truc chiant avec ce foutu sapin, à Noël, c'est qu'autant t'es en joie quand tu vas le chercher, autant t'as envie de le balancer fissa quand la fête est passée. Malheureusement, avant ça, tu vas devoir te poser la question de "bon, on le vire aujourd'hui? Non putain ça fait chier... Allez, ce week-end on le fait..." et puis tu te retrouves en février, à chier en emballant tes boules dans le Sopalin et à te regarder ranger la caisse à cet endroit si stratégique, que tu vas galérer à retrouver. Et il te restera plus qu'à balancer les restes de ton sapin sur le bord de l'autoroute vu que les ramassages spéciaux auront pris fin depuis déjà au moins 2 semaines.

Mais avant ça, c'est sûr, t'as pas encore vécu le pire...parce que maintenant va falloir trouver tout ce que tu vas devoir foutre en dessous...

(l'article original est sur LDP Magazine)

2/

fond

Tu as peut-être déjà réglé le problème en étalant tes achats de Noël depuis septembre, comme tous ces gens sur lesquels TF1 à fait des reportages si intéressants afin de démontrer à quel point il est compliqué d'offrir des choses, quand on a même pas la possibilité de payer sa facture de gaz.

Mais si, comme nous, tu t'y es quand même pris à la dernière minute avec un reste de salaire misérable et que tu payeras les frais de retards de Lumicul en janvier (ben oui, tout le monde sait qu'après le 15 du mois, c'est déjà la fin du mois), tu vas pouvoir aller jouer à "cherche une place où te garer en ville" et trouver ce qui fera plaisir à tes proches.

Alors, pour cela, nous te conseillons de partir la veille. Avec un peu de chance, les parkings cesseront d'être complets après la fermeture du marché de Noël et tu auras tout le loisir de dormir dans ta voiture en attendant l'ouverture des magasins le lendemain. Prends une petite laine, hein.

Dans le cas contraire (et si tu n'as pas la possibilité de prendre les transports en communs), tu t'exposes à un "city tour" dans ta propre voiture, à du 5km/h, avec de longs temps d'arrêt entre deux passages pour piétons. Prends un appareil photo, tu n'auras peut être pas l'occasion de voir ta ville sous cet angle de sitôt. Il arrive même qu'après une longue balade dans les embouteillages, tu te décides finalement à faire demi-tour et à rentrer chez toi en pleurant.

Bref.

Les plus chanceux pourront se lancer à la recherche d'un cadeau sympa, LE cadeau qui ne sera pas échangé le surlendemain.

Mais il y a toujours des gens à qui il est extrêmement compliqué d'offrir quelque chose…

Entre ton père qui n'aime RIEN, la cacahuète à moins de dix euros impossible à dénicher (à part un pot de crème fraîche ou une boîte de Dafalgan, toujours utile, certes), le cadeau pour ta nouvelle belle-soeur que tu ne connais pas et la multitude de trucs chouettes devant lesquels tu t'écries "WHAT THE FUCK??" une fois que tu auras vu le prix.

Bonne chance.

Les boutiques sortent la grosse artillerie, les librairies sont envahies par une chiée de livres aussi improbables qu'inutiles, comme "Le guide du bonheur"ou "La cuisine du monde au micro-onde", bref des machins qui n'apparaissent que quand le consommateur est le plus vulnérable.

Pense aussi à garder un peu de monnaie pour la ribambelle de scouts despotes de l'emballage.

Il y a aussi les boutiques éphémères de Noël, pleines de jolies fontaines électriques "Bouddha" ou bien le fantastique petit artisanat proposé dans les chalets du marché de Noël, clairement sélectionnés pour n'autoriser QUE la vente de trucs moches.

Mais l'essentiel pour pouvoir survivre à cette épreuve, est de ne SURTOUT PAS penser au fait que dans quelques jours, tout cela sera soldé, voir carrément bradé. Suuuuurtout pas.

Le gros barbu Coca Cola, symbole du bon sentiment, de l'amour familial et du bonheur d'enfants, n'aime pas ça...

Bon, maintenant que ça, c'est fait et que cette année, c'est toi qui reçois, va falloir les nourrir tous ces crevards…

(l'article original est sur LDP Magazine)

3/

dindeok

 

Si tu as eu la GRANDE idée d'organiser le repas de Noël chez toi, ne panique pas : ce sera probablement la dernière fois. L'expérience aura de quoi te guérir définitivement et tu accepteras dorénavant toute forme d'invitation possible, même un réveillon au Quick, tant que cela ne t'implique pas la gestion des préparatifs.

Avant de penser ton menu, commence toujours par enquêter pour voir si t’as un foutu cousin végétarien ou un emmerdeur de beau-père qui affirme avoir développé une intolérance au soja (non diagnostiquée évidemment, mais lui si si, "il le sent...").

Pour peu que tu aies opté pour un menu-traiteur-hors-de-prix-moyennement-bon, tu n’auras plus qu’à faire appel à un ingénieur pour stocker toute cette bouffe dans ton frigo trop petit. Un frigo est toujours trop petit.

Cependant, cette perspective t’épargnerait la joie de flâner dans les rayons surchargés du supermarché et de passer 18 heures à cuisiner… or, il ne faut jamais gâcher les belles occasions de se faire chier.

Tu as potassé des livres de cuisine, erré des heures sur le net entre le "Marie-Claire cuisine" et le "Flair-on-line-spéciale-fêtes" et tu as dû faire le tri entre :

- Tout ce qui est beaucoup trop compliqué, mais qu'on essaye quand même de faire gober aux ménagères que si si, elles vont y arriver (MERCI top Chef…).

- Tout ce qui contient une multitude d'ingrédients inconnus et introuvables, un peu comme quand tu te lances dans une recette Thaï.

- La traditionnelle recette de la dinde-de-12kg-aux-marrons-et-aux-airelles qui doit mettre 12 heures à cuire. Plat qui aura hanté ton enfance parce que toi tu préférais le poulet, mais pour lequel tu accorderas enfin tout le respect que tu dois à ta mère et réaliseras à quel point son four à elle, était grand.

Tu vas t'atteler à la confection de petites mises en bouche, aussi chiantes à préparer que vite avalées, par des convives qui, quoi qu'il arrive, n'auront plus plus faim pour la suite.

Tu devras donc attendre 23 heures pour servir ton faon, petit enfant de la forêt si mignon, qui avait certainement autre chose à foutre ce soir, que de se faire cuisiner en civet (évite le DVD de Bambi pour les enfants).

Tu ne profiteras pas de ta soirée, donc pense à te réserver une bouteille de champagne dans la cuisine. Évite de t’apercevoir qu’il fallait décongeler le homard la veille et laisse tout de même ta belle-mère se charger de la préparation de sa célèbre bûche-Moka, celle à base de beurre avec du beurre, celle dont tu ne connaissais pas l'existence avant d'épouser ton mari, et qui t'aurais peut être fait réfléchir avant de dire "oui".

Il faut bien la laisser faire quelque chose de temps en temps, afin qu'elle ne puisse pas découvrir ( complètement), que tu la HAIS littéralement.

(l'article original est sur LDP Magazine)

4/

perno 1

 

 

La soirée entamée et les premières coupettes siphonnées, c’est parti pour alimenter les débats : les chômeurs, la faute aux socialistes, les étrangers, le bulletin du ptit qui s’est encore fait buser et puis tante Solange qu’est à l’hôpital avec son cancer, à qui personne n’aura pensé apporter un Tupperware de faux gras Gaïa.

Bon, avec un peu de chance, vous aurez surtout droit à la guerre de la télé, choix cornélien entre un putain de bêtisier, le cirque de Patrick Sébastien ou les putes de Noël sur TF1.

De toute façon, comme faut faire plaisir aux mioches, ce sera Christmas Dora et puis c’est tout. Vu qu’ils peuvent pas picoler et que ta mère a décidé qu’on n'ouvrait pas les cadeaux avant minuit (dans le respect de la tradition), va bien falloir les occuper.

N’oublie pas d’alterner la vinasse avec un peu de Bru, parce qu’il faut rester opérationnel pour monter le château fort Playmobil que TU te maudiras d’avoir acheté. Parce que pendant ce temps-là, ta mère, compte pas sur elle pour venir t’aider. Elle sera bien trop occupée avec le décompte de minuit chez Ruquier.

Et c'est là que ce sera le climax...

Vive les grandes embrassades, les vœux échangés et les cadeaux déballés : lorsque vous devrez faire semblant d’être surpris de recevoir le dernier Nine Inch Nails (que vous aviez placé sur toutes les listes afin de le recevoir au moins une fois) ou que vous irez checker discrètement combien se revend le dernier Marc Lévy sur Ebay. Le père Noël aime toujours glisser un cadeau de merde sous le sapin, c'est son petit défi à lui. Quoi qu'il en soit, il ne vous reste que quelques jours pour retravailler la scène de la surprise devant le miroir de votre salle de bain. Savoir doser, ni trop, ni trop peu. Comme pour la vinasse finalement.

Voilà voilà.

Dans une semaine, on remet ça et c’est une nouvelle année qui commence. Une qu’on pense qu’elle pourra pas être pire que la précédente (alors que si, elle le peut tout à fait).

En attendant, la rédaction vous souhaite de survivre à ce réveillon, en espérant vivement que ce soit pas le dernier.

(l'article original est sur LDP Magazine)