Dior, la pureté

Publié le 3 octobre 2015 par Elisabeth Clauss
Dior, la pureté

FFRE0084

Une montagne de jacinthes. On s'engouffrait au milieu des fleurs mauves, on débouchait dans le décor minimaliste d'un espace virginal (à part Rihanna, qui captivait tous les regards). Et puis, la collection. Une grâce.

FFFF

Raf Simons a voulu pousser le minimalisme, célébrer la pureté. Revenant aux essentiels du vêtement - des superpositions de voiles fragiles comme des pétales pour se couvrir, une veste pour se structurer - dans des teintes florales évoquant une certaine idée de la virginité. Une collection tissée d'insouciance (et de soie), de légèreté (et de sens).

FFRE0990

Le directeur créatif décrypte son intention : " Je voulais que la collection dégage une certaine pureté. Une collection simplifiée à l’extrême, focalisée sur une seule ligne directrice qui exprimerait l’idée même de la féminité, de la fragilité et de la sensibilité sans pour autant sacrifier la force et l’effet ; une simplicité qui n’est qu’apparente car la collection est extrêmement complexe techniquement. On peut littéralement parler de couches temporelles, mêlant vêtements de dessous Victoriens, robes transparentes coupées en biais, vestes Bar et mailles brutes. Un assemblage qui me semble à la fois singulièrement futuriste et étrangement romantique. Comme si cette femme était sur le point de voyager à travers l’espace et le temps."

C'est à dire que la page blanche invite à la créativité, et que dans ces atours d'héroïnes habillées de leur peau à peine couverte de mousseline fluide, on imagine tout un horizon de possibles. La simplicité, c'est terriblement compliqué à atteindre, mais que c'est reposant. Le printemps-été de Dior sera cousu d'innocence, à chacune de la nuancer, puisque c'est là la condition de la maturité.

FFRE1347

Rihanna
Rihanna