Paris Haute Couture : Viktor &Rolf hors cadres

Publié le 9 juillet 2015 par Elisabeth Clauss
Paris Haute Couture : Viktor &Rolf hors cadres

_AG17364

C'était au Palais de Tokyo, mercredi à Paris. Le monument accueillait déjà une expo d'artistes contemporains, alors à l'étage, Viktor & Rolf ont suspendu des robes aux murs.

Leurs défilés, en particulier pour la haute couture, ce sont toujours des performances. Des statements, des messages. On adhère ou pas, on adore ou non, mais on écoute.

Pour l'automne-hiver, les deux Néerlandais ont mis les femmes dans des cadres. Natures vivantes, tableaux mouvants, postulats émouvants, elles étaient l'objet, le sujet et la chair de leur propos : la mode est-elle un art ? L'art, une mode ?

_AG17079

Installés au fond de la scène, ils attendaient leurs modèles, décrochaient les jupes des filles (ils sont habitués à habiller / dévêtir les mannequins sur podium, sans doute pour gagner du temps en backstage ?)

_AG17198

Alors que la profession toute entière s'interroge sur le bien fondé de l'hystérique rythme des saisons de la création, qui oblige les marques à produire à l'arrache une collection tous les quinze jours; à une époque où toute la nouvelle génération, comme ses aînés, remet le système en question - à part ceux qui en profitent et génèrent cette folie consumériste - la question mérite d'être posée : a-t-on le droit de se laisser enfermer dans un cadre ? La mode est-elle faite pour être vécue ou intellectualisée ? Il en faut sans doute à boire et à manger. C'est la problématique de l'art et du cochon.

_AG16845_AG17061_AG17304