Cultiver des aromates sur son balcon

Mis à jour le 15 février 2018 par ELLE Belgique
Cultiver des aromates sur son balcon

cover

Marre des géraniums ? Cultivez des plantes aromatiques !

  • C’est bon dans l’assiette

On connaît toutes le persil, le laurier et le basilic, mais avez-vous déjà songé à cultiver des pensées, de la capucine et des bégonias ? Ces fleurs font elles aussi partie des plantes aromatiques. « Les fleurs aromatiques ne sont pas seulement belles et faciles à cultiver, mais aussi délicieuses en salade, explique Elodie Kestelijn*. Les fleurs de la primevère, de la mélisse et du souci font d’excellents en-cas. » Et si, cet été, vous composiez des salades à base de feuilles d’oseille, de fleurs de violette et d’ortie ? Il y a mille manières de les consommer : dans les plats préparés, comme épices, dans les salades, en tisane, en sirop ou en pesto, fraîches ou sèches, été comme hiver. Pour fabriquer du sirop maison, il suffit de faire bouillir de l’eau et du sucre (environ 1 kg pour 1 litre), puis d’y faire macérer des fleurs (lavande, violette, capucine). La sauge fait un pesto succulent et les fleurs de violette à côté d’une boule de glace vanille épateront vos convives... Vive la cuisine sauvage !

  • C’est bon pour la santé

Mine de rien, les plantes aromatiques contiennent des principes actifs dont notre médecine s’inspire depuis des millénaires. « La bourrache et le souci, par exemple, sont les fleurs de la femme. Toutes les deux sont indiquées pour apaiser les troubles liés au cycle menstruel », précise Elodie. La lavande aseptise, la capucine désinfecte, le souci (calendula) soigne les plaies, la mélisse apaise, l’ortie est un diurétique. Petit conseil pour cet été : ajoutez des feuilles de menthe à votre brumisateur, pour un effet rafraîchissant.

  • C’est bon pour la biodiversité

Les aromates produisent de la biodiversité, dans les campagnes comme en ville. « Les plantes aromatiques sont un excellent moyen de stimuler et de protéger la nature autour de chez soi. Elles attirent les oiseaux, grâce aux insectes qui vivent enfouis sous leurs feuilles et leurs pétales. En plus, elles sont souvent mellifères, les abeilles en raffolent. » Pas de panique, un essaim d’abeilles ne s’installera pas sur votre balcon ! En revanche, ces demoiselles passeront y butiner le nectar de vos fleurs. Ainsi, vous contribuerez indirectement à leur protection et à la production d’un miel local !

* Fondatrice, avec Guillaume Culot, de l’association Aromatisez-vous.
Plus de conseils et de recettes sur www.aromatisez-vous.org 

1/

cover

  • Trois règles pour réussir votre culture

1 Ne replantez pas les aromates de manière trop serrée. Chaque plante a besoin de son espace vital. Par exemple, les basilics de grande surface sont souvent beaucoup trop denses. Il vaut mieux tout de suite les replacer dans un volume de terre plus important.

2 Arrosez-les un peu tous les jours, plutôt qu’une fois par semaine. Pour vérifier que la terre est humide, il suffit d’y mettre son petit doigt. Si c’est froid, c’est bon !

3 Prélevez les feuilles et les fleurs progressivement, pour ne pas porter un coup fatal à la plante. L’idéal, c’est de récolter le matin ou le soir.

Louise Culot