Victoria Beckham dans le collimateur de la PETA

Mis à jour le 10 janvier 2018 par ELLE Belgique
Victoria Beckham dans le collimateur de la PETA(c) Getty Images
(c) Getty Images
(c) Getty Images

Les sacs, ceintures et portefeuilles de sa dernière collection en cuirs exotiques provoquent la colère de l'association de défense animale.  

Pour sa nouvelle collection de maroquinerie, l'ancienne Spice Girl, reconvertie en styliste de talent, a élargi sa gamme en proposant des sacs en peau de python, d'alligator ou d'autruche vendus entre 2.800 euros et 25.000 euros.

Cette initiative déplaît fortement à l'association américaine PETA qui n'a pas manqué de le faire savoir: « Victoria Beckham devrait visiter une ferme d’élevage d’alligators et voir les coffres horribles dans lesquels ils sont entassés. Ou alors, elle devrait simplement se ternir à côté et sentir l’odeur qui en émane. Si elle ne peut pas supporter d’entendre ou de voir l'horrible façon dont ces animaux sont traités et tués, elle ne devrait pas commander leurs peaux pour faire ses sacs à main vaniteux ». 

Pour la PETA, Victoria Beckham est d'autant plus condamnable qu'elle avait autrefois apporté son soutien à la cause animalière en promettant de ne jamais utiliser de peaux d'animaux dans ses collections.

Cette dernière a toutefois réagit à ces attaques par l'intermédiaire de son attaché de presse en expliquant que les cuirs utilisés proviennent d’une ferme "éthique" située aux Etats-Unis. Elle a également précisé que sa marque « continuerait d’utiliser tous les tissus et tous les cuirs exotiques qu’elle a toujours utilisés ».

Pas sûr que ces déclarations apaisent l'association américaine ...

Adja Kiaku