Belle surprise au cinéma: « Être » de Fara Sene

Mis à jour le 20 février 2018 par ELLE Belgique
Belle surprise au cinéma: « Être » de Fara Sene

1902987_489209917899567_1423949372732969237_n

Pour son premier long-métrage, Fara Sene nous propose un film choral, une multitude de personnages et autant de destins qui se croisent. Des personnages dont on va découvrir les rêves, les craintes, les failles et les petits bonheurs. Avec beaucoup de justesse et de finesse dans les dialogues, il nous parle des maux d’aujourd’hui : la maladie de la tristesse ou celle de la soif d’ailleurs. Le film est peuplé d’hommes et de femmes comme ceux qu’on croise tous les jours, dépeints avec une empathie contagieuse. Ces messieurs et madame tout le monde, que la vie porte, bouscule, écorche. Des gens qui survivent et qui voudraient enfin vivre. La prouesse de ce film tient dans cette description du quotidien, de sa noirceur, sans jamais tomber dans le misérabilisme ni dans les clichés.

Être est une coproduction belge, avec de nombreux acteurs belges. Et bien que l’histoire se déroule à Paris, la quasi totalité du film a été tournée en Belgique, notamment à Liège. A noter aussi que pour ce film, Fara aura dû se battre pendant des années et que c’est grâce à un producteur belge qui a cru en lui que le film a pu voir le jour.

On retrouve l’acteur Bruno Solo, bluffant, dans un rôle aux antipodes de ce à quoi il nous a habitués. Il est très bien entouré par des jeunes acteurs plein de potentiel: Salim Kechiouche et Djena Tsimba pour ne citer qu’eux. Un casting réellement à la hauteur du scénario.

etre perso
Promis, le film est beaucoup moins sinistre que ses photos promotionnelles !

Une jolie fin aussi, qui sans tomber dans le happy end mièvre nous montre que quand la vie ferme une porte elle ouvre une fenêtre. On est pas dans le cinéma qui nous donne envie de nous pendre en sortant de la salle, loin de là.

"Être" de Fara Sene. Au cinéma le 10 juin la bande annonce ici.

Annie Laloy