Le phénomène Violetta, vous êtes passées par là ?

Mis à jour le 20 novembre 2018 par Elisabeth Clauss
Le phénomène Violetta, vous êtes passées par là ?Francesca
Francesca
Francesca

Vous voulez faire s'évanouir de bonheur une gamine de moins de 10 ans ? Foncez au Cirque Royal de Bruxelles ce vendredi 24 avril. Pour un cirque, ça va être du spectacle.

Quiconque fréquente une fillette âgée de 6 à 12 ans sait tout des amoures contrariées de Violetta avec Leon, ou bien Diego, je ne sais plus. Vous me direz, "de mon temps, on en était encore à Candy Neige André". Certes. Mais on était un peu tartes, avouez. Alors que la nouvelle génération des DisneyChannelistas, elle ne détourne même plus les yeux devant les héros qui se roulent des palots. les fans savent danser, chantent des inepties en playback (pardon, pardon les auteurs, mais il faut être honnête). Dans votre cuisine, il y a des serviettes en papier Violetta, des gobelets Violetta, des assiettes Violetta. Dans le cartable Violetta de votre fille adorée, il y a une trousse Violetta, avec dedans une gomme Violetta.

Violetta, vous en bouffez du petit-déj au coucher, à 19h30, après la diffusion de Violetta, que l'Enfant suit comme une messe. A force de traverser le salon-télé d'un pas pressé, vous finissez par reconnaître l'ombrageux Diego, la méchante Ludmila (qui va devenir gentille), dont la mère est folle, et par rigoler quand Olga, l'employée de maison, draguouille un personnage ubuesque dont vous n'avez pas saisi le prénom. Peu importe. Cette série ne s'adresse pas à vous.

Ludmila qui en fait n'est pas méchante, c'est sa mère qui est folle.
Ludmila qui en fait n'est pas méchante, c'est sa mère qui est folle.

Mais la fillette aux joues rondes qui suit passionnément des histoires d'amours d'ado, de gloire et de trahison sur votre divan pendant que vous bouclez un dossier, elle, elle sait. Et elle kiffe. Elle aime autant Violetta que sa meilleure amie, Francesca, qui est une vraie actrice et une vraie chanteuse, c'est même pour ça qu'elle a intégré la série et la troupe en tournée.

Quand Violetta est passée au printemps à Bruxelles, elle a rempli 4 fois le palais 12 du Heysel. Soit 35.000 petits individus tout juste en classe primaire. Connaissant sur le bout des doigts les turpitudes de cette bande d'artistes ambitieux, amoureux et contrariés, qui entonnent à chaque épisodes des chants de variétoche en espagnol (Violetta est un show argentin), qui font danser les enfants, et se rappeler aux parents qu'ils ont un truc urgent à faire dans une autre pièce. L'auteure de ces lignes a bien pleuré, hystérique, devant Chantal Goya au Palais des Congrés en 1980, et se gardera donc de juger.

En conséquence de quoi, si vous voulez vous assurer la reconnaissance éternelle de cette tendre enfant qui sera bientôt une ado rugissante, faites en sorte qu'elle se sente un jour redevable de ses parents, lorsque ça vous arrangera. Emmenez-la voir le spectacle de Francesca. Parce que c'est du bon boulot, bien ficelé. Et qu'un jour, ce que vous avez fait-là, elle s'en souviendra. Voilà.

Francesca et Violetta
Francesca et Violetta