L’acheteuse mythique Maria Luisa est décédée

Mis à jour le 20 novembre 2018 par Elisabeth Clauss
L’acheteuse mythique Maria Luisa est décédéeSource : Courtesy
Source : Courtesy
Source : Courtesy

Elle avait découvert Martin Margiela, Rick Owens, Helmut Lang, John Galliano, Jean Paul Gaultier, Nicolas Ghesquière, Christopher Kane, Riccardo Tisci, Alexander McQueen...

Acheteuse au goût précurseur, Maria Luisa Poumaillou tenait sa fascination pour la mode, de sa mère, bourgeoise fashionaholic.

Obligée de quitter le Vénézuela dans les années 50, au moment du coup d'état (elle avait 7 ans), elle fait Sciences Po à paris, puis à la fin des années 80, ouvre une boutique de jeunes créateurs rue Cambon.

Tout ce qui se fait de neuf, de révolutionnaire, de progressiste, s'affiche dans ses vitrines. C'est d'ailleurs là que démarre Anthony Vaccarello, en 2008. Quelques robes déposées chez Maria Luisa ont changé son destin. Elle lance ensuite d'autres boutiques, mais doit les fermer en 2010. En 2013, elle déclarait à Business of Fashion : "Je n'ai jamais été intéressée, toute ma vie, que par ce qui était différent et attirait mon oeil. Par le talent qui sort de l'ordinaire, et par ce qui durera".

Malgré la fermeture de ses points de ventes physique, elle a conservé son e-shop sur The Corner.com, puis a été nommée "acheteuse-éditorialiste", statut inventé pour elle, au Printemps. Elle y possèdera d'ailleurs un espace "mariage Maria Luisa" en 2012.

Pilier de la mode émergente, soutien aux créateurs qui sortaient du commun, elle avait dit, un jour, à Business of Fashion : "On n'est bon qu'à ce qu'on aime vraiment. Alors, soyez vrais. Osez, et gardez l'esprit très ouvert".

L'héritage de Maria Luisa Poumaillou dépassera celui de l'avant-garde...