Rentrée scolaire : négociez avec les papas !

Mis à jour le 16 février 2018 par Isabella Lenarduzzi (JUMP)
Rentrée scolaire : négociez avec les papas !Rentrée scolaire : négociez avec les papas !
Rentrée scolaire : négociez avec les papas !
©Kyle Monk/Getty

Bientôt 16h. Vous sentez une pointe de stress monter en vous. Vous êtes au travail et vous savez que vos enfants rentrent de l'école, qu'ils doivent faire leurs devoirs et qu'ils sont peut-être livrés à eux-même. La rentrée scolaire sonne pour vous le retour du conflit vie privée/vie professionnelle.

Cette course entre les sphères privée et professionnelle est stressante pour tous les parents mais en particulier pour les mamans ! C’est en tout cas ce que j’observe autour de moi.

Des études montrent que le niveau de stress des parents au travail (surtout des mamans mais aussi des papas) arrive à un pic très élevé dès l’heure habituelle de la fin de l’école, c'est-à-dire quand nos enfants entrent en garderie ou sont livrés à eux-mêmes ou à une nounou en attendant notre retour.

La majorité des parents s’investissent dans le suivi scolaire de leurs enfants mais ce sont encore essentiellement  les mères qui prennent le plus de responsabilité et qui s’adaptent pour « tout concilier et résoudre ». JUMP a mené l'enquête : les femmes (48%) se sentent davantage débordées que les hommes (32%). Elles sont plus nombreuses à avoir l’impression de pénaliser leur carrière afin de pouvoir aider leurs enfants avec leur travail scolaire à la maison ou leurs activités périscolaires  (34% contre 27% des hommes).

« J’ai pris un 4/5 de temps et je sais que cela aura des conséquences sur ma carrière et sur ma pension, mais je n’ai pas le choix. »

« Je suis devenue indépendante parce que c’était la seule manière de pouvoir m’occuper de mes enfants après l’école. »

Ce sont les mères de famille travaillant à temps plein qui prestent la « double journée ». Différentes études ont montré que les heures libérées par une réduction du temps de travail ne changent pas la répartition des tâches : le temps hors travail est devenu  du « temps libre » pour les hommes, mais « plus de temps pour les tâches ménagères et familiales » pour les femmes.

Les femmes sont 61% à considérer que leur travail empiète sur le suivi scolaire des enfants quand elles travaillent à temps plein mais elles sont 65% à être satisfaites de l’équilibre entre ces deux aspects quand elles travaillent à temps partiel.

L’impossible équation

C’est bien cela qui m’a le plus surpris et même déprimé dans les résultats de l’enquête : les femmes se sentent tiraillées entre leur devoir de mère et celui de professionnelle. Elles considèrent que les enfants ne sont pas suffisamment autonomes dans leurs devoirs et vivent l’échec scolaire de leurs enfants comme une preuve de plus qu’elles ne sont pas assez présentes à la maison. Les hommes, par contre, considèrent que les enfants doivent être responsables de leur scolarité et ne font de sacrifice en temps que si ça ne porte pas préjudice à leur carrière. Pour gagner en sérénité, il faut donc d’abord négocier entre parents et travailler sur sa culpabilité !

Je le dis à toutes les mamans : arrêtez de vous ronger, négociez plutôt avec les pères, les grands parents, des amis et responsabilisez vos enfants sans culpabilité. Notre sérénité et notre épanouissement sont le plus cadeau que l’on peut faire à nos enfants.

Belle rentrée !

Isabella

Retrouvez en ligne les résultats de notre enquête.