#CommeUneFille continue son combat contre le sexisme

Mis à jour le 20 février 2018 par ELLE Belgique
#CommeUneFille continue son combat contre le sexisme

cover-comme-une-fille

Parce que faire quelque chose "comme une fille" ne devrait pas être une insulte ... Une seconde vidéo remet en lumière le sexisme ordinaire.

En 2014, la marque Always lançait une campagne pub baptisée "Comme une fille" pour lutter contre le sexisme. Une vidéo touchante qui avait fait grand bruit. Cette année, une seconde vidéo remet ce combat en lumière.

  • #commeunefille 

On y voit des jeunes filles et des adolescentes pratiquer "comme une fille", c'est-à-dire comme n'importe qui, différentes activités traditionnellement estampillées "masculines" (basket, hockey sur glace, calculs, expériences de chimie, etc.). Le message ? Ensemble, nous sommes plus fortes. Plus fortes pour lutter contre les préjugés et les stéréotypes, plus fortes pour atteindre l'égalité.

https://youtu.be/c8kXflLHPQk?list=PLklY4mmppAqn1yhEbOPcbeen0lWB5mrui

  • Le féminisme, un bon angle marketing

Une action commerciale bien intentionnée qui joue la carte du féminisme (qui déchaine toujours autant les passions), de la valorisation de l'estime de soi et de l'acceptation de son corps (créneaux porteurs en cette époque de slutshaming et de dictats de la minceur) en opposition à d'autres marques comme Veet ou Tampax qui elles cherchent à vendre leurs produits via des pubs sexistes et clichées qui visent la provocation sous couvert de l'humour.

http://dai.ly/x1mzxek

  • Une nouvelle conscience féministe ? 

Sans vouloir avoir l'air de chercher la petite bête et de démonter chaque bonne initiative, il nous semble opportun de rappeler que le marque Always appartient à la multinationale américaine Procter & Gamble spécialisée dans les biens de consommation courante (hygiène et produits de beauté). Ce mastodonte du secteur possède d'autres marques qui elles ne sont pas du tout engagées dans la lutte contre le sexisme.

D'où cette question qui nous taraude: #commeunefille, coup marketing ou véritable prise de conscience ?