Le 8 mars, c’est quoi ?

Mis à jour le 16 février 2018 par Juliette Debruxelles
Le 8 mars, c’est quoi ?

WomensLiberation

Déjà, on commence par arrêter de s’écharper à propos de la l’étiquette à coller sur cette date. « Journée internationale des droits des femmes » pour les plus engagées, le jour est aussi désigné comme la « Journée internationale de la femme » par l’ONU Femmes
Ce n’est en tous cas pas la « Fête des femmes » et on le fera savoir très fort au premier qui nous la souhaite (genre profond).
Mais pourquoi, oui pourquoi le 8 mars ? Aux States, une National Woman's Day avait été déclarée en 1909 par le Parti socialiste d’Amérique. En 1911, l’Internationale Socialiste lançait un événement (mollo l’événement, Facebook n’existait pas hein) pour réclamer le droit de vote, le droit au travail et la fin des discriminations. Le 25 mars de cette même année, un incendie dans une usine de fringues à New York tuait 140 ouvrières exploitées et enfermées dans le bâtiment. Un événement qui résonne encore comme un moment clé pour la lutte des femmes et la lutte ouvrière.
Et le 8 mars là-dedans ? Il a été proposé (allez, disons imposé, connaissant le type) par Lénine en 1921 pour rendre hommage aux manifestantes à l’origine de la Révolution Russe.
En 1977, la date est reprise, officialisée et « internationalisée » par les Nations Unies qui réunissent autour d'un cause commune, bon nombre de pays (rions un peu au lieu d'en pleurer : en Afghanistan, le 8 mars est un jour férié dédié aux mères…).
Une journée internationale dédiée, c'est surtout une occasion de se rassembler pour gueuler contre les injustices, le sexisme, la précarité, les violences. C'est un moment pour se poser et faire le bilan…
Ça veut dire que c’est pas le jour de nous offrir des fleurs.
On n’est pas un monument aux morts, merde !
C’est pas non plus le moment de nous utiliser comme cible marketing pour nous vendre des trucs (roses, forcément roses). Pourtant les marques le font sans se rendre compte de l’absurdité (de l'indécence ?) de la démarche.
Si toutes les femmes d’occident se donnaient la main pour refuser en bloc les échantillons gratuits, bons d’achats, concours et autres manifestations condescendantes censées nous « faire plaisir », le 8 mars ne serait que dignité et poing levé en l’honneur des femmes opprimées et engagées du monde entier.
La lutte pour les droits des femmes à travers le monde est inscrite dans le calendrier, mais ne dispense pas de se bouger tout le reste de l’année...