PFW : Ann Demeulemeester, la profondeur

Mis à jour le 24 janvier 2018 par Elisabeth Clauss
PFW : Ann Demeulemeester, la profondeur

Montage17

Dans le Couvent des Cordeliers comme à l'accoutumée, Sébastien Meunier et son studio présentaient jeudi pour Ann Demeulemeester une collection pénétrée.

Recueillement. Tel aurait pu être le mot d'ordre tant le calme régnait dans la salle en attendant l'événement. Habituellement, avant un défilé, on entend des bavardages, des photographes qui s'impatientent parce qu'ils sont compressés et qu'ils ont trop chaud. Des gens qui rient, des téléphones qui sonnent, des invités pas assez devant qui se justifient auprès de l'attaché de presse pour avancer d'un rang. Mais chez Ann Demeulemeester régnait une forme de respect concentré, à l'image de la collection qui allait bien défiler.

Ann Demeulemeester (20)

Une saison exclusivement en noir (et un peu de blanc), avec comme touche de couleur vive, une unique robe couleur sang. Une goutte. Longue et fluide, avec une traîne cependant.

Ann Demeulemeester (8)Ann Demeulemeester (16)

Les décolletés plongeaient profonds, comme les émotions. C'est une collection sincère que nous livre Sébastien Meunier. Une introspection, un travail intime. Des silhouettes mouvantes et souples, "contraintes" aux hanches par des ceintures à complication (sublimes). Le fracas de la laine et de la soie, contenus par des corsets de cuir épais. On a aimé les vestes fermées par de larges serre-tailles, la fragilité des dos nus, le vertige des avants échancrés. Des pièces simples, qui se suffisaient à elles-mêmes. Comme un message dépouillé. Inutile d'en rajouter.

Ann Demeulemeester (15)Ann Demeulemeester (11)

Des lignes blanches qui évoquaient le squelettes, des ceintures impressionnantes pour créer des jupes en pétales. Une douceur contrarié. Et au final, une maison Ann Demeulemeester qui s'affirme dans sa nouvelle destinée, toujours plus charnelle et incarnée.

Ann Demeulemeester (6)Ann Demeulemeester (4)Ann Demeulemeester (2)Ann Demeulemeester (14)

©Nicolas Danhier.