PFW : Dries van Noten, la grâce

Publié le 5 mars 2015 par Elisabeth Clauss
PFW : Dries van Noten, la grâce

Dries (15)

Mercredi à Paris, Dries van Noten présentait une rencontre enchanteresse entre l'understated et le luxe. Un assemblage précieux.

Pour commencer, dans une somptueuse salle rococo de l'Hôtel de Ville, toute en plafonds dorés, les cintres se sont abaissés, frôlant quasi les photographes qui ont mollement protestés, pas vraiment inquiets, sur un fond musical de circulation. Puis, l'accalmie, et des voix a capella prenant le relais du bruit pour égrainer des chansons d'amour mélancoliques.

Alors a commencé la grâce, un défilé de silhouettes aux émotions mêlées : des peignoirs de brocards sur étoffes "modeste", sur-jupes nouées à la taille, pour une collection en contrastes de broderies précieuses de tissus "tout simples".

Dries (1)Dries (3)Dries (14)

On a aimé - adoré - les manteaux à sequins, les longs gants de cuir, les matières ouvragées à franges dorées.

Dries (11)Dries (4)Dries (13)

Les longues par-dessus légers, sur robes à paillettes.

Dries (9)

Dries (8)

Et surtout, cette demi robe de princesse enfilée sur un pantalon de toile.

Dries (12)

Une saison de trompe l'oeil, qui dit la vérité sur le regard que le créateur porte à la mode. Il y avait de l'humour sous les ors du plafond.

Dries (5)Dries (2)

©Nicolas Danhier