Découvrez les grandes tendances de 2015

Mis à jour le 14 février 2018 par ELLE Belgique
Découvrez les grandes tendances de 2015

azer

Les tendances de demain, c’est aujourd’hui qu’on les retient !

4

La fin des matières naturelles

Depuis quelques saisons, on ne voit plus que du néoprène et des tissus techniques sur les portants des marques du mass market. Le phénomène s’étend jusque chez les créateurs. Une réaction jugée nécessaire face à la hausse du prix des matières naturelles. Au premier semestre 2014, le cours du coton avait déjà augmenté de 11 %, la faute à une météo peu propice aux états-Unis. Selon l’ICAC, le Comité consultatif international du coton, le phénomène va s’accroître en 2015.  Le coton devenu plus cher que le pétrole, l’avenir de la mode est dans les labos ! 

1/

8

Le nouveau supermarché

Le concept vient de Berlin, s’est déjà installé à Anvers, et va envahir les grandes villes belges. Un market compartimenté par recette plutôt que par type d’ingrédients. Les aliments sont proposés en quantité nécessaire pour deux. Plus besoin d’acheter une botte de persil si une seule branche suffit...

HNGRY, 14 Kleine Markt, 2000 Anvers.

2/

7

Les vieux alcools

On ressort les bouteilles du fond des armoires. Le spritz, le mojito, les mixtures de hipsters (comme le Bloody Marine, à base de gin infusé à la sardine, qui a tenté de s’imposer à la rentrée de septembre et a fait « flop »), c’est fini. Les grandes maisons de spiritueux lancent des rééditions old school, comme le Saint-Germain, une liqueur artisanale au sureau remise au goût du jour par des mixologistes hyper connus qui élaborent des cocktails de fou. 

3/

3

Le teint tattoo

Une nouvelle génération de fond de teint arrive et promet de révolutionner le secteur. Sa mission : fusionner littéralement avec la peau. Il fait office de base de teint, de BB cream ou de fond de teint. Son secret : une texture liquide imprégnée dans une éponge façon tampon. Un produit hybride qui hydrate, lisse, protège des UV et rafraîchit. Le plus emblématique : Miracle Cushion de Lancôme. 

4/

5

L’homme moderne

C’est le lumbersexuel. Un métrosexuel barbu, capable d’allumer un feu et de soigner une plaie ouverte avec sa lime à ongles. Un type qui s’est réconcilié avec les codes de l’ultravirilité cliché (force, courage, débrouillardise) tout en veillant à son hygiène corporelle et à la brillance de ses cheveux. La version coquette du survivaliste, en somme... 

5/

9

La presse de demain

Médor, le magazine belge trimestriel et coopératif n’est pas encore sorti (le premier numéro sera publié en septembre 2015), mais il fait déjà parler de lui et est soutenu par un nombre hallucinant de lecteurs potentiels et de professionnels. Enquêtes, récits, rubriques centrées sur la Belgique, indépendance (six pubs seulement par numéro), exigence et conditions de travail idéales pour les journalistes qui y bossent, explosion de la notion de hiérarchie dans l’équipe... De quoi donner des idées et relancer un secteur qui va mal. Sa devise, empruntée à Bernard Stiegier : « (…) une révolution est simplement ce qui se produit quand un cycle est révolu. »

Infos et souscriptions : medor.coop

6/

2

La tendance qui arrive

Le Health Goth, c’est la réunion improbable d’une silhouette punk, d’un make-up gothique et de matières fututistes sporty. C’est la nouvelle tendance underground qui va supplanter le normcore et insuffler une atmosphère à la « Mad Max » dans l’espace urbain. 

7/

1

Le come‑back du logo

Il y a eu la vague des collections sans marques visibles. L’avènement du basic chic qui condamnait toute envie de marquer les vêtements de larges caractères identifiants. Mais ça, c’était avant. Avant Instagram, avant Facebook, avant Twitter. Avant que les réseaux sociaux se mettent à montrer et promouvoir la mode. Conséquence : de Vaccarello à Chanel, les maisons calibrent leurs silhouettes pour qu’elles rentrent et soient identifiées dans des écrans de quelques cm². Une volonté de voir leur nom et les symboles qui y sont liés s’imposer au plus grand nombre, et de transformer les modeuses en affiches publicitaires.