L’édito de Béa Ercolini

Mis à jour le 20 février 2018 par Béatrice Ercolini
L’édito de Béa Ercolini

wedding124

Fabiola, c'est l'icône de la rétrostalgie à la belge.
Son portait sur les timbres et à côté du tableau noir. Un brushing surréaliste signé Maison Roger. C'est pour ça, sans doute, que son départ nous touche: la page tournée de la Belgique de papa, et de maman.
Une Belgique oū, sous l'impulsion de sa reine, pas vraiment rock'n'roll, on censurait L'Empire des Sens, chef d'œuvre du cinéma érotique japonais. Oū le Roi se mettait en incapacité de régner le temps de laisser les parlementaires voter la loi sur l'IVG.
Fabiola, de bons souvenirs aussi. Quand elle défendait les agricultrices. Ou plus tard, quand elle répondait avec humour à ceux qui la menaçaient d'une arbalète en sortant une pomme de son sac, un 21 juillet... Royale !