Où faire du shopping responsable ?

Mis à jour le 22 février 2018 par Aurélie Schoonjans
Où faire du shopping responsable ?

Ruche-qui-dit-oui

On a testé la Ruche qui dit Oui, une plateforme citoyenne d’approvisionnement sur internet qui rapproche les consommateurs et les producteurs locaux, souvent bio. Comment consommer différemment et sainement en privilégiant les filières courtes ? On vous dit tout !

  • Trouver la ruche la plus proche de chez nous

Tout commence sur Internet. Il suffit de se rendre sur le site laruchequiditoui.be, trouver la ruche la plus proche de chez soi ou de son bureau (il y en a à Bruxelles, Lasne, Louvain-La-Neuve, Dinant…) et de s’inscrire gratuitement et sans obligation en ligne. Ensuite, les infos nous sont communiquées par mail.

  • Passer sa première commande responsable

Un mail nous renseigne de la date et du lieu de la prochaine vente et nous indique que l'on peut passer notre commande en ligne. Les produits sont classés par producteurs avec leur prix. Il suffit de remplir notre panier virtuel : choux, salades, carottes, pommes de terre, oignons… Des légumes de saison mais aussi des viandes, des sirops, des produits laitiers, des pains, des pâtes, des produits d’entretien, de beauté… Il faut qu’un minimum de commandes fixé par le producteur soit atteint pour que l’on soit livré. Niveau timing, on a une semaine pour passer commander et on doit prépayer la commande par carte bancaire. L’argent ne sera débité que pour les produits disponibles, donc la veille de la vente. On choisit ce que l’on veut, du simple pot de miel au panier de courses pour une semaine.

  • Comment récupère-t-on son panier ?

D’abord, on imprime son bon de commande qui arrive par mail. Ensuite, on se rend sur le lieu de la distribution organisé dans un lieu public. Pour la ruche de Lasne, c’est dans une petite école. Ici, les stands des producteurs sont annoncés par des panneaux. On se rend de stand en stand et on récupère nos produits grâce au numéro inscrit sur notre bon de commande. Les plus pressées auront rempli leur panier en 5 minutes. Les autres papotent, échangent des recettes et des conseils de cuisson… Les producteurs nous racontent l’histoire de leurs produits et parfois nous les font goûter. C’est pratique, on ne doit pas s’échanger d’argent vu que tout est prépayé. Et on ne doit pas s’engager, on peut venir une fois par mois ou toutes les semaines, c’est comme on veut !

  • L'addition

Au niveau des prix, l’addition ne nous tue pas. Pour une botte de cerfeuil, un chou rouge, 500 g de navets jaunes, 500 g de panais, une salade, 3 petits chèvres au lard, 4 yaourts aux myrtilles et 400 g de macaroni frais, on a payé 18,26 €.

Une chouette manière de manger local et d’être solidaire avec les producteurs de notre région sans se ruiner.