Le sexisme ordinaire, c’est quoi ? par Diane Von Furstenberg

Mis à jour le 12 février 2018 par Marie Guérin
Le sexisme ordinaire, c’est quoi ? par Diane Von Furstenberg
The Woman I wanted to be, 20€
The Woman I wanted to be, 20€

"Le 28 janvier 1976, même le Wall Street Journal publia un reportage en une sur mon fashion empire..." Chaque jour, découvrez les paroles de Diane von Furstenberg, la plus belge des New Yorkaises, extraites de son autobiographie parue en anglais*.

"Le 28 janvier 1976, même le Wall Street Journal publia un reportage en une sur mon "fashion empire. J'étais plus que fière de moi ce matin-là quand je pris un vol très matinal pour Cleveland. Il n'y avait presqu'aucune femme sur ce vol. Je m'assieds à côté d'un homme d'affaires avec une pile de magazines et de journaux sur mes genoux. Le Wall Street Journal était en haut de la pile. Après quelques minutes pendant lesquelles il nous fixe, mes jambes et moi, rigolard, cherchant à entamer la conversation, il demande: "Qu'est-ce qu'une jolie fille comme ça passe son temps à lire le Wall Street Journal ?"

Je le regarde sans rien dire. J'aurais pu lui montrer mon article en première page, mais c'est trop facile et, aujourd'hui encore, ne pas l'avoir fait reste l'une de mes plus grandes satisfactions personnelles. J'ai gardé mon triomphe pour moi. Et de toute façon j'ai raconté cette histoire tellement de fois que j'ai plus qu'exploité l'attitude de ce pauvre type, qui était assez commune à l'époque."

* The woman I wanted to be, Simon & Schuster Ed. Vendu en exclusivité dans toutes les boutiques DVF, 20€.