La Révolution des Parapluies, c’est quoi ?

Mis à jour le 16 février 2018 par ELLE Belgique
La Révolution des Parapluies, c’est quoi ?

hong kong ok

Depuis quelques semaines, les pavés de Hong Kong sont secoués par des manifestants pacifistes déterminés à obtenir davantage de libertés politiques.

On l'appelle " Occupy central with love and peace" ou "Révolution des parapluies". Un nom sympathique pour une situation qui l'est beaucoup moins. À Hong Kong le parapluie sert d'ordinaire à se protéger du soleil, mais depuis le 22 septembre son utilité est tout autre. Des étudiants, des collégiens, mais aussi des milliers d'employés en costumes et tailleurs occupent pacifiquement le quartier des affaires.

Pour comprendre :
Hong Kong, c'est une petite île au sud-est de la Chine. Ancienne colonie britannique, elle est passée sous tutelle chinoise en 1997.
La constitution de Hong Kong permet aux citoyens d'élire le chef du gouvernement. Seulement voilà, en août 2014, la Chine a annoncé, via des jeux politiques complexes et divers, qu'elle garderait la mainmise et le dernier mot sur ce scrutin.

Pour les étudiants et autres manifestants, la pilule passe mal.
Ce qu'ils réclament : des réformes politiques et le retrait de la décision de Pékin, jugée antidémocratique. Actuellement, Pékin ne semble pas fléchir et va même jusqu'à censurer certains médias et réseaux sociaux pour empêcher toute diffusion d'images et de vidéos de la révolution.

Avec leurs parapluies comme seuls boucliers,  les manifestants luttent contre les attaques des forces de l'ordre.  Joshua Wong, un étudiant de 17 ans, est considéré comme la figure de proue de cette contestation. Son arrestation et sa détention de deux jours, en septembre, ont incité bon nombre des ses compatriotes à braver les gaz lacrymogènes.

Après deux semaines d'occupation dans le quartier Amiralty où sont concentrés les ministères, le mouvement semblait bien mal en point. Pourtant, même s'ils ne sont pas aussi nombreux qu'au début, les contestataires ont réintégré le centre ce vendredi 10 octobre, déterminés comme jamais à obtenir de Pékin davantage de libertés politiques.
Ombrelles à bout de bras, ils ne comptent pas en rester là...

Aline Glaudot