Fashion Week Diary : mardi 30 septembre

Publié le 1 octobre 2014 par Elisabeth Clauss
Fashion Week Diary : mardi 30 septembre

 

_DSC0784

L'événement de mardi, c'était évidemment le défilé-manif de Chanel. Pourtant, niveau recherche, il fallait voir Iris Van Herpen. Question happening, Jean-Claude de Castelbajac. Et pour une collection toute simple et fraîche, Agnès B.

Le défilé le plus futuriste : Iris Van Herpen

_DSC0700

La créatrice néerlandaise a exploré l'art en relief de l'électromagnétisme. Sur une bande son de musique électro contemporaine alternative (bruits industriels de métaux arrachés, semblait-t-il), elle a présenté au sommet de Beaubourg une collection aussi avant-gardiste qu'avait pu l'être ce musée. Reconnue pour son travail intégrant les nouvelles technologie jusque dans la fibre des tissus, Iris Van Herpen a inventé pour l'été prochain des robes cybernétiques, inspirées de la dé-puis-re-composition atomique des matières.

_DSC0748_DSC0725

Fourreau de plastique moulé par une imprimante 3D, cristaux Swarovski en renfort de luminosité, découpes de matières techniques au laser pour une apparente simplicité primitive, fils métalliques, jeux d'ombres et de lumières sur le corps, où même à nu, le corps est vêtu.

_DSC0862_DSC0764

On a failli s'évanouir de bonheur devant les escarpins qui auraient pu être faits de microscopiques billes de fer sculptées par un aimant géant.

_DSC0690

Cette collection de pièces de kryptonite si ça avait existé, nous a médusé. Comme cette robe, de circonstance.

_DSC0852

Le défilé le plus conceptuel : Jean-Claude de Castelbajac

Il avait annoncé que ce show allait démonter les critères habituels des défilés de mode, avec mannequins castées dans la rue et fin des prints pour cette nouvelle collection.

Amassées debout contre une bande de rubalise dans un garage, les spectateurs ont pu assister à la finition du décor par deux peintres en blancs de travail. C'était long. Conceptuel, mais long.

IMG_7402

D'ailleurs on ne savait pas si ça avait commencé. Le tout sous une bande son de basses qui faisaient un peu mal à la tête. Un défilé sans vêtements ? On en était à se dire qu'on allait écrire un article sans mots lorsque la première voiture, immatriculée "Radiant" a déchargé son premier mannequin.

_DSC0480_DSC0515_DSC0493_DSC0521

Les filles recrutées dans la rue - mais Saint Honoré alors - ont fini alignées face au public, dans leurs robes aux imprimés graphiques (chassez le naturel...) bariolées de couleurs primaires et de blanc. Les autos se sont succédé pour livrer les modèles, immatriculées, aussi, Peace et Eternity. Conceptuel, donc.

IMG_7436

Le défilé le plus jeunes filles : Agnès B

_DSC0339

Dans les sous-sols tagués du Palais de Tokyo, Agnès B a présenté sa prochaine saison, urbaine, fraîche. Salopettes en jean, robes à pois et outfit de globe-trotteuses, les classiques de la maison, joliment maîtrisés, à force.

_DSC0359_DSC0322

Photos @ Nicolas Danhier