8 règles pour s’habiller au boulot

Mis à jour le 22 février 2018 par Elisabeth Clauss
8 règles pour s’habiller au boulot

a

On passe un tiers de sa vie au boulot. Autant s’y faire plaisir, pour se positionner sans se griller.

  • Le jean

Pour conserver son aura pro malgré cette nippe d’ado, on mixe avec des pièces plus « sérieuses » : veste d’homme et chaussures de femme, escarpins ou ballerines. Avec le jean, le plus important, c’est ce qu’il y a autour.

  • Le décolleté

On évite les cols plongeants et les chemises trop largement ouvertes. C’est une simple  règle d’optique : quand on voit un triangle, on suit la flèche vers le bas.

  • Les bretelles

Elles doivent couvrir la naissance des épaules. Les bretelles spaghetti, on oublie. Inconsciemment, une épaule couverte, c’est comme si on portait des décorations militaires. Alors qu’une bretelle fine, c’est un soutif.

  • Les motifs

On y va doucement. D’autant qu’avec de l’uni, on peut s’amuser aussi, mais trois couleurs maxi. Si vraiment on ne peut résister aux imprimés, on vise les rayures fines, les gros motifs floraux. Non, pas ensemble.

  • Le court

La jupe, c’est trois centimètres au-dessus du genou tout au plus : qui a envie de passer toute la journée à tirer sur l’ourlet ?

  • Le tailleur

Jupe ou pantalon, c’est un coup à prendre dix  ans. Sauf que cette saison, on le désassortit, et on le décale avec des accessoires inattendus : pochette cloutée, baskets,
crop top, sweat court...

  • Les bijoux

Fins et subtils, ils posent une personnalité assertive qui protège ses attaches : doigts, poignets, cou. S’ils sont bruyants, imposants, tintinnabulants, on ne verra plus qu’eux derrière un rideau d’agacement.

  • Les talons

Ce sont des ergots symboliques, à choisir de moins de huit centimètres : chalouper douloureusement pour atteindre la photocopieuse, ce n’est pas optimal pour la crédibilité. La chaussure à plateau, c’est la bonne alternative : elle grandit, elle affirme, mais ne plante pas au bord du tapis