Après les selfies, les helpies

Mis à jour le 12 février 2018 par Céline Pécheux
Après les selfies, les helpies

Helpies

Phénomène. Après les selfies on passe aux helpies et on utilise Instagram, Twitter et Facebook pour sensibiliser notre réseau à une bonne cause !

Moi au concert de Madonna, moi avec Obama, moi qui fais une moue sexy… Il y a toujours une bonne raison d’envoyer un selfie à des copains ou de le partager sur Instagram. Nombrilisme, ego trip futile… Certains psys tirent la sonnette d’alarme devant des ados obsédés par leur image. Pourtant, la puissance de l’autoportrait sur les réseaux sociaux peut aussi servir de bonnes causes.

Exemples à suivre

Antonia Eriksson - Avant
Antonia Eriksson - Avant

_ À force d’envier les filles minces qui s’affichent sur la toile, Antonia Eriksson, une jeune Suédoise, a fini par sombrer dans l’anorexie. Guérie aujourd’hui et fière de ses fesses rebondies, Antonia aide et encourage ses 30 000 followers via son Instagram (@ EatMoveImprove) à grands coups de clichés de plats mijotés ou de jeans taille 40 bien assumés.

Antonia Eriksson - après
Antonia Eriksson - après

_ Alors que le conflit à Gaza occupe le terrain médiatique, des internautes juifs et arabes ont décidé de se mobiliser pour la paix en postant des photos d’eux tenant des pancartes pour dire non à la guerre avec le hashtag #Jews and Arabs Refuse to be Enemies (les Juifs et les Arabes refusent d’être ennemis). L’initiative a vu le jour au Liban, le 17 juillet dernier, lorsque Sulome Anderson, une jeune Libanaise de confession musulmane, a posté une photo où elle embrasse son compagnon juif.

Helpies-Jews-and-Arabs

Helpies

En guise de légende, un message de paix : « Il m’appelle Néchama (mon âme en hébreu), je l’appelle Habibi (mon amour en arabe). L’amour ne parle pas la langue de l’occupation. » En quelques jours, la photo a été partagée plus de trois mille fois sur les réseaux sociaux, incitant de nombreux couples judéo-musulmans à partager leur propre photo.

Isabeau de Paape
Isabeau Paape

_ Chez nous, Isabeau Paape, dont la maman est décédée d’un cancer du sein fulgurant il y a quelques années, se démène pour son association Saint Sein en postant sur Facebook les photos des campagnes de sensibilisation qu’elle organise notamment à l’aide d’un t-shirt scandant  « Mes seins sont mes bijoux les plus précieux ». Alors les filles, après les selfies, si on s’adonnait nous aussi aux helpies ?