L’inégalité à la pharmacie aussi

Mis à jour le 16 février 2018 par ELLE Belgique
L’inégalité à la pharmacie aussi

inegalitepharmacie

Les médicaments soignent mieux les hommes que les femmes. Une question de métabolisme mais aussi de sexisme ?  

C’est une récente étude du magazine Science et Vie qui le dit : les femmes subissent deux fois plus les effets indésirables des médicaments que les hommes. Les somnifères, par exemple, ont un effet prolongé chez elles. Une demi-dose leur suffirait. Idem pour les vaccins.

Plus fragiles que les hommes ?

Tout est plutôt une question de métabolisme. Les organes d’élimination, comme les reins ou encore le foie, fonctionnent un peu moins vite chez les femmes. Elles sont donc plus sensibles aux effets secondaires.

Ou oubliées ?

Les femmes sont sous-représentées dans les tests cliniques. Pourquoi ? En partie à cause de leurs hormones. Ces dernières, plus précisément leurs variations, perturberaient les résultats. C’est pourquoi les médicaments sont plus souvent testés sur des hommes. Il en va de même pour les essais sur les animaux, où l’on privilégie les mâles. On est loin de la parité !

Du sexisme ?

Les faits sont là. D’une part, on minimise les effets indésirables des médicaments sur la gent féminine. D’autre part, les traitements et les posologies ne sont pas adaptés aux différences de sexe. Et ça ne dérange personne ?

Le monde scientifique souffrirait d’une surreprésentation masculine. Faut-il y voir une explication ? Pour la petite anecdote, certains parlent de "médecine bikini" lorsqu’ils travaillent sur des problèmes typiquement féminins. Classe !

De son côté, l’Institut national de la santé américain a précisé qu’il ne financerait plus les études n’analysant pas les résultats en fonction du sexe. Un bon début !

Et chez nous ?