« Bonne à (re)marier » : le bouquin qui fait du bien

Mis à jour le 19 février 2018 par Elisabeth Clauss
« Bonne à (re)marier » : le bouquin qui fait du bien

Sylvie Ohayon

C'est la bonne lecture de vacances : un auto-roman fameusement bien tourné, bourré d'esprit, revanchard. Plein d'espoir.

Sylvie Ohayon, romancière, scénariste et mère de famille en prime (ce qui revient au même) livre avec une plume qui griffe avant de chatouiller, le récit d'une enfance sans relief, de la fin banale d'un amour, et d'une reconstruction sans bruit.

Une histoire pour les ambitieuses, les cocues, les amoureuses, les survivantes, les mères-poules, les résiliantes.

Ce qui nous rend cet ouvrage si attachant, c'est la verve efficace de l'auteure pour transmettre ses émotions les plus violentes, la désespérance et la résurrection. Sylvie Ohayon a le talent de nous faire ressentir, à travers son expérience à elle, des sentiments qu'on a éprouvé cent fois, sans y prêter attention, parfois même à d'autres égards. Elle crée du lien entre son coeur et le nôtre, et en refermant ce livre qui parle d'elle-même, c'est soi qu'on connaît un peu mieux.

« Bonne à (re)marier » de Sylvie Ohayon (Robert Laffont)

Sylvie Ohayon
Sylvie Ohayon