10 idées pour gérer les kids en été

Mis à jour le 22 février 2018 par Juliette Debruxelles
10 idées pour gérer les kids en été

vacances

 

On n’a pas volé nos dix jours de repos, et on ne va pas laisser les marmots les foutre à l’eau ! Gérer les kids en été, c’est possible.

Les enfants. Ces petits êtres charmants avec qui on partage de si bons moments. Ces adorables créatures capables de nous faire endurer le meilleur comme le pire. On les adore. Sauf quand ils nous pourrissent les vacances à coup de « Mamaaaaaaan » intempestifs, de « Papaaaaa » anxiogènes, de « J’ai faim, j’ai soif, j’ai chaud, je m’ennuie, je dois faire pipi, quand est-ce qu’on arrive ? » assassins. Pour revenir de vacances avec un amour parental gonflé à bloc plutôt qu’en berne, voici les meilleures idées testées et approuvées !

« Une tablette chacun avec le pleind’ app »

Christelle, mère de Louise, 9 ans et Sacha, 11 ans. « évidemment, j’avais dit “jamais“. J’avais mal jugé les autres mères qui prennent leur iPad pour une babysitter. Mais quand on a décidé de partir en Italie en voiture, je me suis dit que c’était le seul moyen de ne pas abandonner mes enfants sur l’autoroute après dix kilomètres. Ils ont chacun leur tablette remplie de jeux pas trop idiots (« L’Âge des dinosaures », « Plants vs Zombies »...), de bouquins virtuels et de films. Un casque adapté à leur âge et à leurs oreilles fragiles. Et tout de même quelques consignes : il peuvent l’utiliser sans limite en voiture, pendant l’apéro, la sieste des grands et la préparation des repas. Ce qui représente tout de même quelques heures par jour. Le reste du temps, on se balade, on joue au Uno tous ensemble et on partage plein de bons moments. Zéro culpabilité et détente assurée ! »

« Une valisette d’activités »

Sarah, mère de Clément, 7 ans. « On peut perdre tous mes bagages à l’aéroport, mais pas ça ! Dans la valisette de survie de mon fils, il y a : des jeux de société en version voyage (Mille Bornes, Battleship, Puissance 4...), des cahiers créatifs, des crayons de couleur, des marqueurs, des ciseaux, de la colle, du tape, un kit d’observation des insectes, une lampe de poche. Où que l’on soit, dès qu’il y a un moment de creux, il y a une activité possible. Parce que c’est bien joli de dire que l’ennui est important pour la construction d’un enfant, mais dans la pratique, ça ne colle pas... »

« Leur mission : réaliser le film de nos vacances »

Julie, mère de Gabriel, 9 ans, Clémence, 11 ans et Sacha, 14 ans. « On est des férus de découvertes et d’excursions. Quand les enfants étaient petits, ils suivaient le mouvement sans problème, mais en grandissant, c’est devenu plus compliqué. Alors, on a décidé d’utiliser la technologie pour qu’ils retrouvent un intérêt pour ce qui se passe autour d’eux. On les laisse de débrouiller avec la caméra numérique familiale. À eux de scénariser, filmer et monter le film de nos vacances. Aucune exigence de notre part. On insiste juste sur l’importance de la projection qu’on organise au retour pour la famille et les copains. Ça les encourage à faire du bon boulot, à collecter un maximum d’images des paysages, des lieux visités, des moments drôles en famille, des petits exploits des uns et des autres (premier plongeon, premier crabe attrapé à mains nues...). Et ça les occupe une bonne partie du séjour. Il n’en ont pas conscience, mais quelle chance ils auront de regarder tout ça dans vingt ans ! »

« On rattrape les couacs de l’année scolaire sans en avoir l’air... »

Baptiste, père de Simon, 8 ans, et de Nathan, 10 ans. « Pas question de les faire bosser pendant les congés. On évite les cahier d’exercices. En revanche, chaque occasion est bonne pour verrouiller ce qu’il ont appris pendant l’année scolaire et leur prouver que ça a une utilité dans la vie réelle. Calcul des portions d’ingrédients nécessaires pour une recette locale, comptes de la monnaie au retour du marché, notions de géographie et d’histoire au détour de chaque pierre, sciences autour de la composition de l’eau de mer... Tout devient source d’apprentissage et d’intérêt. Ma façon à moi de m’impliquer dans leur scolarité, parce que je ne prends pas toujours le temps de le faire pendant l’année. »

« On emmène une copine »

Nadia, mère de Luce, 12 ans. « Notre fille est plutôt timide. Pas le genre à se faire des potes de vacances. Pour qu’elle puisse s’amuser sans avoir besoin de nous solliciter en permanence, on s’arrange pour emmener une de ses copines. Ça demande un peu d’investissement personnel, parce qu’on ne vit plus au temps où les parents se confiaient les enfants sans se poser de questions. Pendant l’année, on commence par une invitation un week-end à la maison, on continue avec trois ou quatre jours à la mer ou dans les Ardennes, et on termine par dix jours à l’étranger. On tisse des liens avec la copine et ses parents, histoire de ne pas avoir de mauvaise surprise au moment du départ. Et on ne demande une participation que pour les billets d’avion et un peu d’argent de poche. »

« On divise chaque jour en trois »

Nicolas, père d’Ethan, 6 ans. « Une période chacun pour soi, une période seul avec Ethan, une période à trois. Ça permet à ma compagne, notre fils et moi de profiter à fond des vacances et de vivre de vrais beaux moments. Pendant que l’un bulle, l’autre file faire des châteaux de sable avec le petit ou découvrir l’aquarium du coin. Pas de frustration, pas d’impression que l’un ou l’autre “fait tout” pendant que l’autre “ne fait rien”. Et le petit est super heureux de nous savoir disponibles et reposés. »

« Les vacances de l’hygiène »

Ingrid, mère de Sam, 10 ans, belle-mère de Victor, 11 ans. « Pour quinze jours : deux paires de chaussettes, deux slips, un short, un jean, deux t-shirts, un sweat, une casquette. Point. Chacun fait sa petite lessive à la main. Les enfants ont le droit de ne pas prendre de douche pendant deux jours si ça leur chante, d’avoir mauvaise haleine et les ongles sales. Pourquoi ? Parce que chez nous, pendant l’année, les injonctions liées à l’hygiène provoquent toujours des tensions. Je suis limite obsédée par la question, toujours derrière eux avec une lingette ou une brosse à dents. En relâchant la pression à l’extrême pendant les vacances, en leur fichant une paix totale, j’instaure un vrai climat de liberté qui fait boule de neige sur tout le reste. On est tous hyper détendus. Ça fera peut-être la fortune de leur psy dans dix ans, mais pour l’heure, ça fonctionne ! »

« J’impose une sieste »

Brigitte, mère de Laura, 9 ans, et de Mathilde, 13 ans. « Vingt jours de congés par an, c’est peu. J’ai un retard de sommeil colossal. Je veux dormir. C’est comme ça, mes filles le savent. Si elles veulent que je sois agréable et corvéable tout le reste de la journée, elles doivent me laisser en paix de 13 h à 14 h 30. Pas d’obligation pour elles de se reposer, mais interdiction totale de faire du bruit et de me déranger. Elles lisent, regardent un film ou bricolent, mais en silence. »

« On choisit un adulte leader »

Delphine, mère deThéo, 4 ans, Lucas, 11 ans, et belle-mère de Li-An, 6 ans. « On part avec deux couples d’amis et leurs quatre enfants. Tout le monde s’éclate. Mais des problèmes surgissent toujours pour des petites questions. On n’applique pas tous les mêmes règles en ce qui concerne les bonbons, les heures de coucher, la façon de se tenir à table, et les gamins en profitent. Alors on a trouvé la solution : en début de séjour, on procède à l’élection du “parent leader” qui s’engage à jouer les juges en cas d’incohérence. Les gamins se réfèrent à sa décision. Il ne s’agit pas d’abandonner nos responsabilités, mais d’éviter que le ton monte à la moindre occasion. »

Le kit de survie des kids

131FR_flype

Flype, le jeu d’adresse qui les occupe des heures

Un papillon multicolore que l’on pose au bout des doigts et que l’on fait voleter en composant des figures de plus en plus acrobatiques. Primé dans des concours et approuvé par des ligues de parents, c’est le jeu qui affole tous les enfants dès cinq ans. Flype, 5 e les trois sur www.flype.com

131FR_magic_sprayLe spray pour apprentis tagueurs

De la craie en spray qui s’efface à l’eau pour dessiner sur les murs, le gazon, la voiture de maman, mais aussi pour marquer la ligne de but, tracer un parcours fléché en roller, organiser un jeu de piste... Magic Spray, 19,95 e les deux sur www.natureetdecouvertes.com

131FR_livre_activitesLe cahier d’activités

Des pages et des pages pour colorier, découper, coller, plier. « Mon cahier d’activités créatives », de Madeleine Deny (Tourbillon).

131FR_mikadoLe mikado géant

Vingt-quatre bâtonnets d’un mètre de long pour corser un peu plus le défi en plein air. Pourrait éventuellement se transformer en brochette pour barbecue si le bois n’était pas traité... Mikado géant XXL, 35 e sur www.bec-et-croc.com

131FR_tout_le_monde_s_appelle_cacaLe livre qui fait vraiment marrer

Le génie du livre « Premier âge », c’est que quand il est bien fait, il fait rire toutes les générations. « Tout le monde s’appelle Caca », c’est un dessin simple et épuré accompagné de textes qui claquent. « Tout le monde s’appelle Caca », de Pauline Pinson et Huche (Tourbillon).