Dior Haute Couture : le moment de grâce

Mis à jour le 23 janvier 2018 par Elisabeth Clauss
Dior Haute Couture : le moment de grâce

Dior6

Filigrane immaculé et réinterprétation des grandes lignes historiques de la Couture française : le défilé Dior a transporté et ému.

Ce lundi dans les jardins du Musée Rodin transformés pour l'occasion en rotonde tapissée d'orchidées blanches par le fleuriste anversois Mark Colle, Raf Simons a présenté pour Dior une collection Couture à couper le souffle. Paradoxalement, parce qu'il y en avait un nouveau.

Dior2

Si la collection était inspirée du patrimoine stylistique du XVIIIème siècle à nos jours, en s'arrêtant sur des broderies pas loin d'être baroques, puis la fluidité des années 20 ou les silhouettes féminines aux tailles marquées des fifties, c'est d'abord une saison parfaitement élégante et urbaine qui s'est ouverte sur des femmes-fleurs blanches déambulant au son d'une bande son d'aéroport (ou quelque chose d'approchant). Le clash des références, le ton (clair) était donné.

Dior5

Raf Simons a donc imaginé des robes structurées, hauts ajustés, jupes à crinolines, avant d'envoyer au centre de la piste des jumpsuits blancs rebrodés, des tailleurs sobres à basques ou manches 3/4 couleur ciment, vert tendre, bleu dragée. Une grande douceur, des teintes de neige, servies par des coupes exigeantes.

Dior4

Sans rien céder à la modernité - avec de longues fermetures Eclair traçant une ligne de symétrie tout du long de la silhouette - Dior signera cet hiver de longs manteaux qui serviront de base d'inspiration à n'importe quel look, impossible désormais de les contourner. Cintrés à la taille, à manches bouffantes vers les poignets (ou non), d'un blanc aveuglant ou bleu encre profond, portés contrastés sur des pantalons aux couleurs fortes. Et puis de la fourrure, aussi, teintée de bleu, fluide, légère.

Dior7

En lien avec les fleurs du décor, la collection rappelle ses broderies, quasi orientales parfois, étonnamment cohérente avec une robe fluffy blanche à pois bleu marine unique, comme si Damien Hirst s'invitait au Palais d'Hiver.

Dior

Parmi les invités, on a bien remarqués Sean Penn, dont la main n'a pas quitté le genou de Charlize Theron - en doré comme sur l'affiche du parfum -, Isabelle Huppert, Chiara Mastroianni, et Bernadette Chirac, super attentive.

Ce défilé a retourné les plus retors à l'émerveillement. Raf Simons, on le savait et c'est désormais gravé dans une saison aux couleurs de glace et aux lignes référencées et futuristes à la fois, Raf Simons donc, a imposé son épure triomphante.

Dior3