Glamour, la violence conjugale?

Publié le 8 avril 2014 par Béatrice Ercolini
Glamour, la violence conjugale?

vogue5

Le Vogue italien met en scène les violences conjugales dans un shooting mode.

Franca Sozzani, la très respectée rédactrice en chef du Vogue Italie, avait déjà présenté des vêtements en évoquant la prison d'Abu Graib (oui, avec les empilements de corps nus) et les centre de rehab, mannequin se rasant la tête inclus.

C'est la marque de fabrique du Vogue Italie: inscrire la mode dans son temps, dans les grands thèmes de l'actualité, quitte à créer la controverse. Dans l'édition d'avril du magazine, une série de mode montre des femmes effrayées, battues, voire mortes. Le tout shooté avec le glamour habituel de Steven Meisel, photographe attitré du magazine. Glamour, les coups ? Certains diront -et la rédactrice en chef milanaise en fait partie- que c'est une manière de diriger la lumière sur le topic. D'autres estimeront que cela le banalise et que ces pages sont une horreur pour les victimes de violence domestique et leur famille. Troisième voie: considérer que le magazine table sur la polémique pour vendre son numéro d'avril. De bonne guerre - vendre est le but de toute entreprise commerciale. Mais utiliser pour cela la souffrance des femmes, c'est vraiment vraiment cynique.