Aux urnes, citoyennes !

Mis à jour le 16 février 2018 par LDP Magazine
Aux urnes, citoyennes !

vote-femmes-19451Le 25 mai Louise des LDP ne pourra pas partir en week-end, faire un barbecue ou lézarder dans son jardin, non, Louise est réquisitionnée par l'état !

Un lundi soir de mars, une journée de travail dans les pattes. La sentence tombe via une saloperie de lettre : dimanche 25 mai, mignonne, tu n'iras pas voir si la rose est éclose, non, tu vas présider le bureau de vote de ton quartier.

Ah parce que oui, chers concitoyens, nous allons devoir voter, vous vous souvenez ? En plus, 'y a du pain sur la planche avec trois élections : régionales (Parlements des Communautés et Régions), fédérales (Chambre des représentants) et européennes (Parlement européen). En gros, on nous accorde le droit de voter pour le meilleur raconteur d'histoires de pandas pédophiles...

PRÉSIDENTE DE BUREAU DE VOTE.
Pas vulgairement assesseur, non : carrément pré-si-dente. C'est comme recevoir un coup du lapin de la part du passé : tu crachais sur les scouts et les délégués de classe, hein ?! L'individualisme est une force, hein ?! Ben prends ça dans les dents, Madâââme la présidente.

Parce que là, la Ville de Liège s'adresse à la bonne pigeonne, la braaave fille qui fait tout bien ce qu'on lui demande. Elle doit aller au casse-pipe ? Ben elle y va les yeux fermés et la tête penchée, telle une sainte martyre.

1/

1379341_1381959488751483_497958600_nParce qu'à ce stade, je me rends à l'évidence : je n'ai absolument aucune excuse valable (aucune « pièce justificative ») pour surseoir à la tâche et le « motif grave d'empêchement » mentionné dans le courrier, de son magistral sourcil froncé, me jette ma couardise à la figure : je suis incapable de mentir. Pas le courage... Je regrette presque ma décision ferme de ne pas avoir d'enfant. C’eût pu être utile, pour une fois : non seulement, comme chacun le sait, on touche le pactole en allocs, mais si la garde alternée de Noam-Enguerrand-Emma-Lou tombe justement le week-end susmentionné, c'est bon, quoi. Je suppose que la Ville de Lièèège se fout pas mal que la sécurité sociale intervienne dans le remboursement des futurs antidépresseurs gobés par les présidents et assesseurs de bureau de vote propriétaires de chats qui, déprimés, se laisseront dépérir suite à l'absence de leurs maîmaîtres le dimanche 25 mai (les chiens, on s'en fout, pas moyen d'en faire de belles descentes de lit comme avec les ours ou les lions...).

Mais l'animal acculé cherche une échappatoire. Existe-t-il un moyen de se faire « réformer » ? « C'est bon, foutez-la-moi, votre amende, m'emmerdez pas avec vos conneries ! » : franchement, je rêve de le faire mais j'ai plus une grande gueule que du panache...

Me voilà donc enrôlée, à mon corps défendant.

Mais ma compensation, mon plaisir, c'est que sous couvert du § 10, en tant que prééésidente de bureau, je me devrai de dénoncer tout assesseur absent sans motif d'empêchement. J'adore ! On en revient enfin aux bonnes vieilles méthodes de Monsieur A.H., de Monsieur 14 88 : ça ira à merveille avec le casque à pointe que je me serai dégotté d'ici-là !

À quand juré à la cour d'assises ?

Cet article est issu du blog LDP Magazine