Virée dans le dressing de Luigi Jacobs

Publié le 12 mars 2014 par Elisabeth Clauss
Virée dans le dressing de Luigi Jacobs

aa

 

Blogueur, figure des nuits bruxelloises, il est aussi coiffeur. Dans ses placards, des pièces de collection qu’il accumule avec la gourmandise d’un petit garçon. Fashion victim ? Consentant, alors.

  • Ses sacs

Je suis fasciné par Chanel, Delvaux, Louis Vuitton. Je traque les éditions limitées, celles que personne d’autre n’aura, comme mon Jeremy Scott pour Longchamp. C’est pour m’acheter un sac que j’ai pris mon premier job d’étudiant. C’était un Balenciaga. Il occupera toujours une place spéciale dans ma collection.

g

1/

f

 

  • Ses casquettes

Je dois en avoir une centaine. Je les chine surtout sur internet, notamment chez New Era, en privilégiant les éditions limitées. La casquette est une pièce qui se prête à tout, du costume au t-shirt. J’ai un faible pour 40oz, une marque qui parodie les grandes maisons comme Rolex et Versace.

2/

e

  • Ses lunettes

De soleil et de vue : pour moi, c’est une façon de passer inaperçu tout en étant bien là. J’accumule les modèles Ray-Ban, Chanel et Tom Ford. J’investis plus dans les accessoires que dans les vêtements. Ils restent intemporels, et s’usent moins vite.

3/
d

  • Ses sneakers

C’est une addiction qui remonte à mon adolescence. Je ne porte quasiment que ça. Mon meilleur ami est gérant d’une boutique Louboutin à Paris, je lui en ai acheté deux paires. Je les soigne toutes comme si elles étaient en cuir précieux, religieusement rangées dans leur boîte.

4/

c

 

  • Ses coques d’iPhone

J’en change tous les jours, selon ma tenue. Bloggeur, j’ai toujours mon téléphone en main, il doit être aussi chic que mon sac à main. Je shoppe en ligne, sur eBay ou chez Poker. J’en reçois aussi pas mal, c’est un bon support de communication. Je les utilise comme un moyen d’expression, elles portent souvent un message.

5/

a

 

  • Ses vestes de sport

J’alterne avec les perfectos (NDLR : Luigi est égérie de la marque belge Coverly).
À Bruxelles, chez Think Twice, on trouve des merveilles vintage pour quelques euros. Ce bomber Chanel ? Déniché chez F As In Frank, un site qui ne sélectionne que des pièces des années 80-90. Rihanna et Miley Cyrus ont le même.

6/

b

 

  • Ses sweats

Oversize, toujours. C’est la pièce dans laquelle je me sens le mieux. Le sweat s’est libéré, on peut le porter avec tout. Il a un petit air de dimanche, et en même temps, il pose un style.