Paris Fashion Week : Anthony Vaccarello, en rouge et noir (et en jambes)

Mis à jour le 27 février 2014 par Elisabeth Clauss
Paris Fashion Week : Anthony Vaccarello, en rouge et noir (et en jambes)

Vaccarello 9

Hier à Paris, le Belge qui pousse la sexyness des femmes à l'extrême sans quitter le registre de l'élégance, a présenté une collection radicale. Un statement de féminité assumée.

Blousons longs créant la confusion avec des jupes ultra, mais vraiment ultra courtes et asymétriques, Anthony Vaccarello poursuit sa mission de magnification des jambes des femmes (il faut avoir celles pour porter ses vêtements, on vous le concède).

Vaccarello 12

Outre les coupes qui portent sa signature - affutées, géométriques, fendues - on a vu des matières huilées brillantes, notamment sur un trench et une jupe noir, ou en rouge camion de pompier, sur une chemise et un perfecto ample. Entre vernis et vinyle (vernyle ?), avec bien un petit côté SM pas déplaisant (à ajouter à la liste des postulats à assumer).

Vaccarello 8

Les volumes, pas seulement seyants et droits, parfois distraits par un volant froncé sur la poitrine, attiraient le regard là où éventuellement les découpes apposées aux vêtements sur le corps auraient pu échapper à l'observateur.

Vaccarello 11

On a aimé, aussi, ces pièces doubles : robe bustier d'un côté, manche de blazer de l'autre. Ou longue jusqu'au sol à gauche, totalement échancrée à la façon d'une jarretière à droite.

Vaccarello 10

L'hiver d'Anthony Vaccarello continuera de dérouler son histoire sensuelle et équivoque d'ostentation du féminin, dépouillée de toute timidité.

Vaccarello 7Vaccarello 6