«Je n’ai pas peur pour l’avenir d’Ann Demeulemeester»

Publié le 21 février 2014 par Béatrice Ercolini
«Je n’ai pas peur pour l’avenir d’Ann Demeulemeester»

anndemeulemeester

Sonja Noël, la propriétaire de la boutique Stijl, évoque ce que sera la marque anversoise… sans sa créatrice.

« La transition se fera naturellement », estime la Bruxelloise néerlandophone. « Je connais bien les quatre assistantes d’Ann. Ce sont des femmes formidables, elles ont toutes étudié à l’académie d’Anvers. Imprégnées des valeurs de la marque depuis des années, elles connaissent l’ADN d’ADM sur le bout des doigts. Il est tout à fait logique qu’elles lui succèdent. »

A l’annonce de son futur départ par la créatrice anversoise elle-même, dans une lettre manuscrite,  c’est toute la fashionsphère qui est en émoi. « J’ai bien entendu été bouleversée, reprend Sonja Noël. Je vends ses vêtements depuis les années 80, depuis les tout débuts de Stijl (NDR : et de la rue Dansaert, qu’elle a en quelque sorte créée, étant la première à y installer une boutique de mode). Ann est d’ailleurs l’une de mes créatrices préférées. »

Depuis cette annonce, silence radio. On sait qu’Ann fera défiler sa dernière collection, homme et femme, lors de la fashionweek de Paris, la semaine prochaine. Aucun nom n’a été avancé pour la remplacer et l’hypothèse d’une succession douce, qui passe la main à son équipe, est la plus plausible.

Et la créatrice anversoise, que va-t-elle faire ? « Je n’en sais rien. Mais le rythme effréné des collections l’a tenue éloignée d’un tas de choses pendant des années. Je comprends qu’elle ait envie de prendre ses distances par rapport à la mode. De même, son mari, photographe de talent, a mis de côté sa carrière. Peut-être reprendra-t-il l’objectif. »

ann
Yumi Lambert, la cover girl du ELLE Belgie du mois de mars, porte des créations signées Ann Demeulemeester.

De source sûre, on sait qu’Ann Demeulemeester passe beaucoup de temps dans son jardin anversois. La saison des plantations succède justement à celle des collections…