NYFW : MM6, parfait

Publié le 12 février 2014 par Elisabeth Clauss
NYFW : MM6, parfait

MM6-1

Mardi soir à New York, Maison Martin Margiela présentait sa ligne 6, "petite soeur".

Lancinant tiré de rideau blanc en travers de la salle, une mélopée qui ne nous quittera pas de la soirée et la journée suivante, interprétée live sur scène sur une note envoûtante et mélancolique par Sean Nicholas Savage accompagné d'un synthé (écoutez ça), ce show n'était qu'élégance savourée.

Selon les codes Maison, les sièges offerts au public étaient soigneusement dépareillées - on n'a pas été assez rapides pour le canapé - et le dépouillement prenait toute la place.

Les mannequins slalomaient toutes ensemble sur le podium, vêtues des 3 couleurs fortes de la prochaine saison AH15 (ceci étant valable sur quasi tous les show vus jusqu'ici) : noir, blanc, orange vif.

MM6-10

La collection, pulls over-over-size dans lesquels on n'a même pas l'air de flotter (comment font-ils ?...), silhouette de nonne tenant sa coiffe à la main, cropped-pulls avec longue traîne à l'arrière, robe découpées et rattachées par des rangées de boutons dont certains mal fixés, vestes en papier bulle (comme l'enveloppe de l'invitation), parce que les filles les plus affirmées sont parfois aussi un peu fragiles. Ou pour toute autre raison, mais l'essentiel, c'est qu'aucune pièce n'était à négliger. Ni les jeans cirés larges oranges glitter porté comme le font les marins, ni les mitaines de ski, ni les micro vestes en jean portées sur longues chemises de soie.

SAMSUNG CSC

MM6-8MM6-7

Et puis, les bottes.

Les bottes.

Combat boots montantes sur les genoux à la façon de cuissardes, rangers lacées jusqu'à la rotule, bottines aussi, plates, efficaces, protectrices, noires, sexy. Une obsession, déjà.

SAMSUNG CSCSAMSUNG CSC

Les filles, maquillées nude, les cheveux "sortie de douche", pourtant plus sophistiquées que tous les trucs compliqués qu'on avait pu voir ailleurs.

Elles se rassemblaient en cercle sur le poduim, tournant le dos au public dans une lumière sombre et orangée, dans un charmant fashion sabbat.

MM6-11

Tant de simplicité, on sait combien ça demande de réflexion. Et sans aucune fausse note.

Lisa Verberght, backstage
Lisa Verberght, backstage