NYFW : Diane von Furstenberg, du défilé à l’after party

Publié le 10 février 2014 par Elisabeth Clauss
NYFW : Diane von Furstenberg, du défilé à l’after party

Dvf

De tous les shows de la journée, celui de la plus américaine des créatrices belges était le plus attendu, le plus couru, le plus people. On vous raconte.

Arrivées avec une bonne heure d'avance (ce qui n'arrive rigoureusement jamais), nous nous sommes trouvées face à une foule compacte devant l'entrée du défilé. La petite subtilité, c'est qu'il ne s'agissait pas des invités, mais de la presse et des photographes. Les spectateurs, c'était vingt fois ça.

Avisant un ascenseur à moitié vide qui menait à l'événement, nous nous sommes engouffrées, à la suite de deux grandes blondes, Louboutin aux pieds et sac Chanel au bras. Paris et Nicky Hilton. Pendant qu'on se demandait si ça se fait de prendre les gens en photo dans les ascenseurs, Paris se remaquillait.

On a répondu "oui" à la question susmentionnée.
On a répondu "oui" à la question susmentionnée.

Nous nous sommes toutes un peu perdues dans les étages - ces filles assurent en talons de 12 et dans des escaliers escarpés, une folie - et nous avons fini par trouver la bonne salle.

Paris et Nicky Hilton
Paris et Nicky Hilton

Puisque nous nous sommes retrouvées par hasard placées juste derrière elles, nous avons pu surprendre la conversation suivante, entre Paris Hilton et une journaliste mode, le micro brandi :

- Qu'est-ce que vous pensez de la fashion week new-yorkaise ?

- J'adore New York parce que c'est une ville géniale avec des boutiques et des restaurants.

De fait.

Un peu plus tard, alors que Paris avait fait tomber son téléphone juste devant nous, et sans penser une seule seconde à ce qu'il pourrait y avoir d'intéressant dedans, nous le lui avons rendu. La jeune héritière nous a remercié d'un affectueux "Thank you darling". Ce qui est plutôt sympa, si on considère qu'on se connaît peu. Elle, surtout.

Enfin, sur un fond de musique pop/folk interprétée live on stage par St. Vincent, la collection s'est déroulée sur le catwalk.

Dvf2Pour fêter les 40 ans de la célébrissime - vendues à des millions d'exemplaires -  wrap-dress (la robe porte-feuille), ce sont des modèles fluides, aux motifs d'inspiration 70' parfois, semblant issus d'un thème marin plus loin, qui ont été déclinés et magnifiquement portés, notamment par Karlie Kloss. Cette dernière semblait très proche de Diane von Furstenberg, puisque après le show, dans les backstages puis à l'after party, elles ne se quittaient pas.

Diane von Furstenberg et Karlie Kloss en backstage après le show
Diane von Furstenberg et Karlie Kloss en backstage après le show
Diane von Furstenberg et Karlie Kloss, à l'after party
Diane von Furstenberg et Karlie Kloss, à l'after party

Mousselines dansant autour du corps, manches transparentes réchauffées par une étole de fourrure bleue, chic et casual à la fois, chaque pièce était pensée pour rester libre de ses mouvements et pouvoir jongler entre toutes ses activités sans être contrainte ou ralentie. Les couleurs, pétantes et joyeuses, accompagnaient cette intention d'assertivité de soi dans la soie. L'ensemble de cette collection "Bohemian Wrapsody" dégageait une positivité contagieuse.

Dvf4

En guise de final, plutôt qu'une revue générale des différents passages, c'est toute une série de robes dorées, drapées, lamées, nouées, robes du soir traînant au sol, robes courtes à col Mao, combishorts, translucides ou couvrantes, mais rien que d'or, qui ont terminé sur scène, sur les mannequins qui dansaient pour clôturer le show, comme un hommage à l'oeuvre de Diane.

Dvf3

L'instant était touchant, et le temps de retrouver nos esprits, Paris et Nicky étaient déjà parties.

 

Wale, venu saluer Diane von Furstenberg en backstage
Wale, venu saluer Diane von Furstenberg en backstage
Le message de Diane, écrit cette fois, toujours contenu dans son travail
Le message de Diane, toujours contenu dans son travail