Philip Seymour Hoffman en 10 scènes et une consécration

Mis à jour le 21 février 2018 par Juliette Debruxelles
Philip Seymour Hoffman en 10 scènes et une consécration

philip-seymour-hoffman

Depuis l’annonce de son décès, ce dimanche, c’est la consternation. Mort brutalement à 46 ans, l’acteur discret et adulé laisse derrière lui une œuvre conséquente, et bien des cinéphiles à consoler. 

"A Most Wanted Man" ("Un homme très recherché"), d'Anton Corbijn
Devrait sortir dans les salles cette année.

1/

"The Master" de Paul Thomas Anderson
Un vétéran alcoolique revient en Californie après s’être battu dans le Pacifique. Quand il rencontre Lancaster Dodd, charismatique meneur d’un mouvement nommé "La Cause", et tombe rapidement sous son influence.

2/

"Moneyball" (Le stratège), de Bennett Miller.
L'histoire vraie de Billy Beane, manager général d'une des équipes de base-ball les plus pauvres du championnat qui, à la fin des années 90, imagine, puis utilise un programme d'analyses informatiques afin de composer la plus parfaite des équipes. Un programme qui a révolutionné l'économie du sport, et qui reste encore une référence aujourd'hui.

3/

"The Ides of March" (Les marches du pouvoir), de George Clooney.
Stephen Meyers est le conseiller de campagne du gouverneur Morris. Ensemble, ils se préparent pour les élections présidentielles. Idéaliste et honnête, il met tout en oeuvre pour faire gagner celui qu’il considère comme le meilleur candidat. Face aux manipulations et pressions, Stephen devra revoir son éthique. Une plongée dans les arcanes du pouvoir.

4/

"Charlie Wilson's War" (La guerre selon Charlie Wilson), de Mike Nichols.
L'histoire d'un membre du Congrès texan, découvert à Las Vegas en compagnie de deux strip-teaseuses cocaïnomanes, qui, au début des années 80, se rachètera une réputation politique en contribuant de manière indirecte à la défaite de l'Armée rouge en Afghanistan.

5/

"Capote", de Bennett Miller.
En novembre 1959, Truman Capote, auteur de "Breakfast at Tiffany's", lit un article qui traite du meurtre de quatre membres d'une famille de fermiers du Kansas. Il convainc le magazine The New Yorker de l'envoyer sur le terrain pour étudier l'impact des meurtres sur la population. Il gagne la confiance des gens du coin, et fini par rendre visite aux meurtriers en prison...

6/

"The Talented Mr. Ripley" (Le talentueux Mr. Ripley), d'Anthony Minghella.
Tom Ripley est envoyé en Italie dans le but de convaincre Dickie - fils d'un richissime homme d'affaire - de rentrer aux Etats-Unis. Impressionné par le style de vie du play-boy, il se met à rêver d'une nouvelle identité. Une histoire d'amitié qui finit mal.

7/
"Magnolia", de Paul Thomas Anderson.
Les destins croisés de personnages perdus. Un malade en phase terminale, sa jeune épouse, un gourou masculiniste... Bouleversant.

8/

"The Big Lebowski", de Joel et Ethan Coen.
Jeff Lebowski, alias le "dude", est un gros paresseux fan de bowling. Il se trouve malmené et entraîné dans un imbroglio entouré de malfrats. Le hic, ce n'est pas le bon Lebowski qui a été passé à tabac.  Le Dude part alors en quête d'un dédommagement auprès de son richissime homonyme...

9/

"Boogie Nights", de Paul Thomas Anderson.
En 1977, le jeune Eddie Adams est plongeur dans une boîte de nuit de San Fernando Valley. Il quitte un père muet et une mère hystérique pour entrer dans le monde du cinéma porno et devient Dirk Diggler, star de l'industrie du plaisir.

10/

Son Oscar du meilleur acteur pour sa performance dans « Capote », en 2006.