Les femmes aussi peuvent être de mauvais prêtres

Mis à jour le 16 février 2018 par ELLE Belgique
Les femmes aussi peuvent être de mauvais prêtres

nunsgunssEn piétinant définitivement les espoirs de toutes celles qui rêvent d’être ordonnées prêtres par l’église Catholique, le Pape François maintient sa religion dans l’obscurantisme profond.

Ça, c’est pour la forme.

Parce que dans le fond, il n’y a pas de lumière (tu m’en diras tant).
Les femmes ne sont-elles pas aussi capables que les hommes de débiter des inepties d’un autre âge sur un ton monocorde, dans des édifices presque vides et difficiles à chauffer ?
Cette déclaration, ce refus d’accéder à la demande des femmes ferventes, c’est l’égalité que l’on piétine en sandalettes et chaussettes !
Le pape, cet être abstinent sexuellement, qui porte des robes trop larges et des colliers, tout en condamnant tout ce que le bon sens amène de progrès (Tante Jacqueline, si tu nous lis, je parle du pape, pas de toi, keep cool) fait fausse route.
Car si, Monsieur, les femmes peuvent servir des laïus interminables qui enjoignent toujours à la fin à s’en remettre à un être supérieur et omniscient (« Tu m’épuises John-Ross, 15 fois que je t’explique, va donc demander à ton père »).
Oui, les femmes sont capables de se retirer dans des lieux paisibles pour, entre elles, et en silence, réfléchir au sens de la vie (ça s’appelle un spa, et parfois, quand la masseuse touche un point coincé sur ton nerf sciatique, tu comprends le sens du mot « foi »).
Oui, les femmes peuvent se montrer, comme recommandé aux aspirants séminaristes, modestes, dignes, prudentes et éloquentes (« Je dis ça, je ne dis rien*, mais tu devrais remettre ta culotte**, sinon tu risques d’attraper des bricoles***, nom d’une pipe**** »).
Sans rire, les femmes sont aussi capables de fermer les yeux sur l’évidence, de servir leurs intérêts et ceux de leur communauté en retournant le cerveau des masses désespérées (« pour mon mariage, je veux des demoiselles d’honneur en robe longue couleur citrouille, si ça va bien avec tous les teints »).
Elles sont aussi capables de se montrer vindicatives, injustes, bornées et rétrogrades.
Les femmes sont capables de tous les défauts dont on peut, à tort ou à raison, accuser le clergé. C’est vrai aussi pour les gays.
Merci de trouver, en annexe, mon CV.

Juliette Debruxelles

*modestie ** dignité ***prudence ****éloquence