Pour ou contre Bitstrips ?

Mis à jour le 13 février 2018 par Elisabeth Clauss
Pour ou contre Bitstrips ?Memegen.fr
ohmymag.com
ohmymag.com

C'est la nouvelle appli virale qui fait des émules à la vitesse de l'adsl. Et qui en agace d'autres avec la même fulgurance. Vous, vous êtes dans quelle case ?

Bitstrips s'étale en planches de bandes-dessinées sur Facebook, sur Twitter, et sur tout ce qui s'accroche à la toile. L'appli, canadienne, existe depuis 2008, mais n'explose que depuis quelques mois. On s'y crée un avatar, autant de personnages qu'on a d'amis à mettre en scène, et on se raconte en BD. C'est créatif, c'est marrant, c'est exhibo.

L'engouement pour Bitstrips n'a rien d'étonnant, alors que "Selfie" vient d'être désigné mot de l'année par les dictionnaires Oxford. Actuellement, plus de 20.000.000 d'internautes persuadés que le fait qu'ils ont nourri leur poisson rouge ce matin fascine la Terre entière, sont accro. (C'est une femme qui vient de poster une photo de son sapin de Noël qui le culot d'écrire ces lignes). Pour autant, Bitstrips est l'appli la plus téléchargée sur l'App Store, par une nouvelle génération de storytellers, abreuvés de Simpsonitude, voire de Beavis et Bittheaderies pour les plus âgés.

On s'en empare pour trouver du boulot, via le CV-strips, ou pour faire campagne électorale :

Caroline Cayeux, sénatrice-maire UMP de Beauvais, a annoncé sa condidature aux municipales via les réseaux sociaux
En France, Caroline Cayeux, sénatrice-maire UMP de Beauvais, a annoncé sa candidature aux municipales via les réseaux sociaux

D'autres se servent des petites BD pour parodier les people :

ohmymag.com
ohmymag.com
ohmymag.com
ohmymag.com

Le revers du médaillon, c'est que pas mal en ont déjà raz-la-bulle de ces BD selfish.

On les bloque sur Facebook, on crée des groupes anti. Nous, au ELLE, par exemple, on ne tombera pas dans le panneau.

Bitstrips

Et vous, Bitstrips, vous êtes appli ou anti ?

Memegen.fr
Memegen.fr